J 26 | OM-FCN : l’OM en gros minet

Chaque saison, la première date que je regarde sur le calendrier de l’OM est cette rencontre face à Nantes. Pourquoi me direz-vous ? Car j’ai un rapport très spécial avec le club nantais. Petite introspection de votre auteur en guise d’avant-match et présentation des forces en présence.

Depuis toujours et à jamais

Comme écrit précédemment ce match m’est très spécial : en effet, mon père est supporteur nantais, lui, l’Ardéchois, vivant depuis près de 40 ans à Marseille. Il n’a cependant pas su rallier son fils à sa cause. Fils qui porte le prénom de son joueur préféré : Maxime Bossis, mais dont le cœur ne bat que pour l’Olympique Magnifique. Pourtant au fur et à mesure des années, la relation footballistique avec mon père a été construite, en partie autour de la « rivalité » OM-Nantes.

Et de ces rencontres passées auprès de mon père dans l’enceinte du Vélodrome, j’en garde des souvenirs de beaux buts : Ribéry de 35 mètres, le doublé de Bakayoko ou encore le but de Thauvin sous Bielsa, où mon père avait rencontré Kita avant le match. Un Kita qu’il déteste désormais, car pour lui, il a détruit le club de son cœur et qu’il aime tant. Mine de rien, même si les clubs ne se ressemblent que peu désormais, historiquement, ils se rapprochent.

Deux grands clubs français avec des philosophies de jeu très fortes, mais aussi un grand nombre de joueurs ayant joué sous les deux maillots : Deschamps, Desailly, Payet, Barthez, Makélélé, Cauet, Le Roux, Gourvenec, Pedros, Wiltord ou encore Eydelie, Olembé, Bruno Cheyrou, Cana, Vainqueur, Dalmat, Bamogo, Nkoudou, Bade et Raspentino. Ca en fait des noms !

Bref, cet OM-Nantes restera à jamais, le match de l’année pour moi, pour mon père et pour notre amour du football.

L’OM en favori

Pour revenir au rationnel, ce match entre les deux formations s’annoncent bien déséquilibré. D’un côté un OM invaincu depuis le 27 octobre 2019 en L1, et qui reste sur une probante victoire face au LOSC, et de l’autre un Nantes qui comptabilise seulement une seule victoire en Ligue 1 en 2020. Le combat semble joué d’avance. L’OM fait figure de gros chat voulant manger le petit oiseau sans défense. Cependant, le club phocéen ne doit pas prendre ce match à la légère, tant les joueurs adverses auront envie de faire chuter l’équipe de Villas-Boas.

Christian Gourcuff : « Jouer à Marseille, c’est toujours difficile, qui plus est face à une équipe en pleine confiance. Il faut qu’on assume et qu’on soit à notre meilleur niveau. C’est une formation qui met beaucoup d’agressivité même s’il y a des matches où ils ont su être plus attentistes. D’une manière générale, Marseille joue haut et met de l’intensité à la récupération du ballon. Il y a aussi eu des matches différents. Chez eux, on sait à quoi s’attendre. Il y aura certainement un pressing haut et il faudra être propre dans le jeu pour bien resortir le ballon. Si on arrive à s’échapper du premier rideau, il y aura des espaces. »

Il va falloir que nos joueurs puissent contourner le bloc nantais, qui présente quelques failles bien évidemment. Nantes pratique cependant un jeu attrayant, qu’il a su développer à plusieurs reprises dans la saison. Nous allons certainement assister à un match de football ouvert et plaisant, que l’OM devrait remporter facilement (sur le papier) en s’appliquant un minimum. Même si les stats disent le contraire : l’OM n’a gagné aucune des dernières confrontations contre Nantes. Les Marseillais se sont même inclinés à deux reprises (dont la saison passée sur le score de 1-2 à domicile). Payet quant à lui n’a jamais marqué contre les Canaris, son club formateur.

Ce sera aussi un match particulier pour l’ancien capitaine et néo-Marseillais Valentin Rongier qui a laissé de très bons souvenirs au club de Loire-Atlantique, club où il a été formé. Nul doute qu’il aura à coeur de performer contre ses anciennes couleurs.

Christian Gourcuff : « Il affirme toutes les qualités que je connaissais avant de venir et que j’avais pu voir lors des trois semaines passées avec lui. Je lui avais dit que je souhaitais le voir rester avec nous mais il a très vite été clair avec moi, dès mon premier jour. C’est un joueur qui a une grosse activité et je me souviens d’un très bon match de sa part avec nous à Amiens en début de saison. »

Son ex-coéquipier Nicolas Palois est plus froid concernant Valentin Rongier et le déplacement au Vélodrome :  « C’est un stade comme un autre, ça ne change pas ma vie. Il y a une ambiance mais ça reste un match de 90 minutes. Que ce soit à Marseille, à Paris, à Reims ou à Metz, pour moi, ce sont trois points envisageables et on va tout faire pour les prendre. […] Ça marche dans les deux sens, lui aussi me retrouvera (rires). C’est un joueur qui a apporté à Nantes et je pense qu’il apporte à Marseille. Mais après, c’est un adversaire comme un autre. »

Enfoncer le clou

Avec le retour (probable) de Payet, à 100% selon le coach, l’Olympique de Marseille va retrouver son maître à jouer et par la même du liant dans le jeu. Car l’équipe du technicien portugais est à un tournant de la saison : avec un matelas de 11 points d’avance et 4 matches largement à leur portée, avant Paris (Nantes, Nîmes, Amiens et Montpellier), les joueurs doivent empocher entre 10 et 12 points pour assurer leur place en Ligue des Champions (six victoires comme l’a dit AVB en conférence de presse hier). Qualification qui est tellement importante pour donner une légitimité au fameux projet de Frank McCourt.

Côté FC Nantes, Gourcuff a annoncé que Renaud Emond n’est pas encore remis de sa lésion au mollet et sera absent samedi, que le doute sera levé demain pour Benavente (béquille reçue à l’entraînement) et qu’Anthony Limbombe est apte à jouer.

Derrière, les poursuivants et concurrents perdront certainement des plumes dans les confrontations directes à venir. Alors cette opération conquête des objectifs commence dès samedi et, quitte à décevoir mon père, j’espère qu’on va leur marcher dessus !

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
Article lu 1422 fois, écrit le par MaxLaPelota Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , , . Sauvegarder le lien.

Une Réponse pour J 26 | OM-FCN : l’OM en gros minet

  1. Ah, le temps du beau jeu à la nantaise, oui, ce club nous a régalé avant de vivre des moments très difficiles !
    Je me souviens de la saison à la fin de laquelle ils sont descendus, les supporters avaient envahie la pelouse avant le coup de sifflet final. j’ étais sur un forum que fréquentaient 4 ou 5 de ceux ci , et en tant que marseillais vaccinés des crises de dépression que peut faire vivre un club dans des moments noirs on essayait de les rebooster …