OMTV : relooking extrême

Méconnaissable sous l’ère Louis-Dreyfus, l’Olympique de Marseille se reconstruit peu à peu sous l’égide d’une nouvelle équipe dirigeante. La vénérable institution doit désormais se refaire une beauté et soigner son image. Toutes ses images…

Nous sommes à l’ère de la télé-réalité, que diable ! Qui s’intéresse encore aux petits reportages de propagande corporate qui font le quotidien de la chaîne officielle du club ? Voici donc nos propositions pour la refonte et la modernisation de la grille des programmes d’OMTV.

On ne nous a rien demandé ? Certes, mais cela ne nous a jamais empêchés de donner notre avis éclairé ! Voire illuminé…

L’oncle incarné

Tout d’abord, pour donner une idée directrice et une tonalité éditoriale, il faut un visage emblématique capable de l’incarner. Comme Cyrill Hanouna l’a fait pour D8 qu’il a littéralement infusée de sa « beaufitude » assumée. Une sorte de parrain, de « tonton » de la chaîne.

L’un est comique, l’autre entraîneur de l’OM. Sauras-tu rendre à chacun sa fonction ?

Un personnage charismatique capable de traits d’humour (on n’ose parler d’esprit vu l’exemple choisi), et qui passe bien à l’image.

Dans l’attente du recrutement d’un tel profil – Patrick Sébastien étant en fin de carrière et Pierre Desproges toujours indisponible – Rudi Garcia apparaît comme l’homme idoine. Son omniprésence, sa belle gueule de baroudeur, sa crédibilité et son bagout le désignent pour le rôle.

Le phare et les pare-chocs

Il faut ensuite ériger une émission phare, un rendez-vous incontournable et récurrent qui entraîne l’adhésion au point que la ménagère de moins de cinquante ans, récemment convertie aux cinquante nuances de Grey, laisse notre chaîne en fond sonore pendant qu’elle vaque à ses tâches ancillaires (la rédaction présente ses sincères excuses aux femmes dont on vient de fêter la journée internationale).

Toutefois, nous sommes bien conscients que trop peu de ces dames passent leurs journées devant des programmes mettant pourtant en scène une flopée d’athlètes masculins, âgés de vingt à trente-cinq ans, couverts de sueur la plupart du temps et vêtus de maillots moulant avantageusement leurs torses sculptés.

Le cœur de cible reste étrangement masculin.

Une chaîne ambitieuse doit pouvoir donner du relief à ses arguments et soutenir ce qu’elle avance…

C’est pourquoi, nos analyses indiquant formellement que les ébats aquatiques de Loana et de ses flotteurs ont largement contribué à l’essor de « la petite chaîne qui monte », nous recommandons une féminisation massive des effectifs à l’antenne. (la rédaction réitère ses excuses à toutes ses lectrices. Désolés.)

Le cas échéant, en mettant à contribution les compagnes des joueurs. Certaines rencontrent en effet sur notre forum un succès jamais démenti. La chaîne se doit donc de hurler avec les loups.

Je veux m’abonner à cette chaîne !

La grosse émission

Néanmoins, les rênes d’une émission sérieuse ne sauraient être abandonnées aux mains manucurées de donzelles plus entraînées à récurer une casserole qu’à placer judicieusement le ballon pour un coup-franc décisif à la quatre-vingt-neuvième minute. (nous apprenons à l’instant le suicide de notre rédacteur en chef. R.I.P.)

• Un match presque parfait

Aux commentaires, nous encourageons donc le recrutement de sportifs récemment retirés, portant beau le costume comme l’expertise footballistique. Ceci afin de remplacer les très peu décoratifs et antédiluviens Jean-Charles DeBono, Bernard Bosquier ou Jean-Marc Ferreri.

En outre, débaucher les élégants et compétents Habib Beye ou Mickaël Landrau officiant actuellement sur Canal + présente l’avantage de torpiller la concurrence en laissant Stéphane Guy ou Hervé Mathoux déblatérer à loisir leurs âneries et contresens sans contrepoids.

Ça a tout de même une autre gueule, non ?

Mais quel serait donc ce programme récurrent et fédérateur, nous demanderez-vous ? C’est une bonne question, merci de l’avoir posée.

La réponse est : une version actuelle d’« Objectif Match », relookée et mise au goût du jour !

Le pitch ? Des équipes concurrentes s’affrontent en s’invitant à tour de rôle dans leur stade pour y organiser la meilleure réception possible de leurs adversaires. Quoi, ça existe déjà et ça s’appelle « Le Championnat de France » ? Eh bien, ça prouve que le concept est viable.

• The Skills

Cela étant, une autre émission doit servir à animer les périodes de pause du championnat en alternance avec la précédente. Oui, parce que les rétrospectives et autres best of, ça va cinq minutes ! Nous proposons donc une adaptation du concept « The Voice » dont voici les principes :

Quatre jurés sympathiques, charismatiques et supposés compétents — appelons-les Rudi, Zubi, JHE et Franck — sont assis sur des fauteuils rotatifs, face à des écrans.

Sur ces derniers, on projette des clips vidéo « YouTube » de cinq minutes montrant les prouesses offensives de footballeurs, ou des célébrations de but censées démontrer que le joueur concerné est un fuoriclasse, un champion exceptionnel.

Le plus impressionnable des quatre dirigeants, ou le plus fébrile, ou celui qui a un spasme du poignet, ou Anigo s’il était encore des nôtres, appuie sur un buzzer placé devant lui.

Son fauteuil se retourne alors, le plaçant face au candidat qu’il vient d’accepter dans l’équipe.

Ce n’est qu’à cet instant qu’il peut le voir de près, l’entendre parler et donc découvrir qu’il a peut-être engagé un lapin crétin, un âne ou une chèvre à même de plomber l’OM pendant quatre ans pour un salaire dispendieux. Surprise !

Les quatre mentors doivent ensuite essayer de former, faire progresser et jouer en équipe leurs recrues de façon à renforcer le club au plan sportif, mais aussi à en augmenter la valeur marchande. Suspense !

Tant de talent, ça donne le tournis ! Et parfois la nausée…

Dans une variante proposée par notre filiale sadOMaso.net* , les supporteurs pouvaient voter par SMS surtaxés pour l’élimination des poids morts, chaque séance de vote entraînant une décharge électrique proportionnelle au nombre de textos d’insultes reçus par le joueur.

Toutefois, le CSA et les tenants du politiquement correct ont bizarrement tiqué devant l’électrocution en prime time de salariés intellectuellement déficients, et ce malgré le soutient enthousiaste de Pierre Gattaz au concept…

*Lire icihttp://www.massalialive.com/echos/sadomaso-net-le-site-qui-fait-mal

Les bouche-trous de la grille (rien de sexuel, quoique…)

Un grand sage a dit un jour que gérer une chaîne de télévision, c’était libérer du temps de cerveau disponible pour les annonceurs, et tant qu’à faire, à peu de frais. Voici donc quelques exemples d’adaptations de concepts de trash-TV, éprouvés et peu coûteux, appliqués au contexte footballistique marseillais.

• Kop-lanta

Cinq équipes concurrentes s’affrontent lors d’épreuves impitoyables. Chaque victoire leur procure des avantages sur leurs poursuivants (points, financements, exposition médiatique…).

Elles essayent désespérément de tenir en équilibre instable sur une cinquième marche de podium très étroite (c’est de la télé, on a les moyens d’avoir des podiums à cinq marches).

Seule la plus endurante, la plus motivée, la plus soutenue par ses ultras s’y dressera en fin de saison, conquérant ainsi le droit de disputer l’Europa League !

Lyon et le PSG sont hors compétition, leurs dirigeants ayant obtenu d’office un totem d’immunité.

• Les Marseillais chez les Ch’tis (et réciproquement)

Lopez couche avec le LOSC, après avoir été éconduit par l’OM. Il sont rejoints par Passi puis par Marcelo — qu’on croyait pourtant romantique — pour une partouze débridée dans la piscine d’eau sale.

Rudi et ses assistants ont, quant à eux, emprunté le chemin inverse. Vous suivez ? Non ? C’est normal, il n’y a rien à comprendre et c’est là tout le mérite du concept !

On voit juste d’un œil distrait les tribulations insignifiantes et sans but d’une bande de jeunes sinistrés capillaires et de cagoles exhibitionnistes dotés d’un vocabulaire comportant douze mots dont dix insultes.

Les vainqueurs gagnent le droit de revenir pour une autre saison, même si personne ne sait pourquoi ni comment ils ont gagné. Et tout le monde s’en fout puisqu’on a tout oublié sitôt la télé éteinte.

• Plus belle l’équipe

Feuilleton « réaliste » sur le quotidien d’un club de foot marseillais.

Épisode 1284 : l’incorporation de Max dans l’équipe et son insolente réussite ont provoqué la jalousie et le départ de Romain, furieux. Mais l’arrivée de Morgan menace sa success-story. Pendant ce temps, Boubacar se demande toujours s’il doit s’engager avec l’OM ou si son karma n’est pas de suivre son étoile vers d’autres ci€ux, d’autres proj€t$ $portifs plus $timulants, comme Lass, son idole et modèle.

• I’m a celebrity, get me out of here ! (La ferme, célébrité !)

Dimitri, une star du football hexagonal, est retenu prisonnier dans une équipe de Premier League qui s’avère être un désastre sportif dans une ville lugubre affligée d’un climat déprimant. Quelle aventure ! Réussira-t-il à regagner sa liberté pour revenir dans son club de cœur, au soleil et au bord de la Méditerranée ?

Voilà quelques exemples des infinies possibilités. Néanmoins, c’est encore insuffisant.

Le film box-office (ou le porno du mois)

Une grille de programmes bâtie entièrement sur des émissions à base de bimbos gonflées et de kékés à crête constituerait un rêve de producteur, mais serait vouée à l’échec par lassitude du public. L’ère des Louis-Dreyfus l’a amplement prouvé. De plus, Alessandrini est parti…

Par conséquent, une soirée de gala mensuelle autour d’un succès du box-office s’impose afin d’assurer le prestige du réseau. Un hit susceptible de battre des records d’entrées en salle. Au stade, pardon.

À cet effet, nous recommandons un bon long-métrage d’horreur gore, voire un film de boules pour les diffuseurs audacieux, précédé d’une semaine de teasing et de bandes-annonces pour faire monter le désir… Quitte à ce que le soufflé retombe à plat si le spectacle est décevant et n’aboutit pas à l’orgasme collectif attendu !

Mais cela, l’OM l’a très bien compris, comme l’a démontré la réception du PSG.

Halte aux images violentes ou pornographiques ! Que fait le CSA ?

Les alibis culturels

Enfin, pour amadouer le CSA, Télérama et éviter la censure, il serait bon d’avoir également quelques programmes édifiants ou éducatifs. Ennuyeux, donc !

• Le jour du Seigneur

Il y a beaucoup de croyants parmi les footballeurs et les supporteurs, grands pourvoyeurs de prières essentiellement destinées à la Bonne Mère, surtout lors des fins de matchs difficiles… Cette émission est pour eux.

Exemple de sujet à traiter : « Neymar est-il le nouveau Messi ? »

Après tout, n’a-t-il pas accompli un miracle, marché sur l’eau et multiplié les pains (dans la gueule des parisiens) ?

Gardez foi en la justice Divine, mes frères.

• Objectif santé

L’émission médicale, ça marche toujours bien. Et l’infirmerie marseillaise dispose en la personne d’Abou Diaby d’un cobaye aux possibilités illimitées. De quoi jouer à Dr Maboul toute la saison !

Au programme :

– « Diaby, l’homme blessé. », ou un cas émouvant de maladie des os de verre doublée de fibromyalgie (douleur généralisée des muscles, des ligaments et des tendons).

– « Bedimo ou la progéria ». Prématurément vieilli, Henri retrouvera-t-il la force de jouer un match entier grâce à la rééducation et par la force de sa volonté ? Nous suivons son combat quotidien.

• La où je t’emmènerai…

En suivant les pérégrinations géofootballistico judiciaires de Lass Diarra, OMTV pourra diffuser un documentaire mensuel sur les voyages en contrées exotiques et l’intégration aux mœurs locales à peu de frais. Enfin, à peu de frais pour lui, parce que pour l’OM…

• C’est pas sorcier

Vulgarisation scientifique à destination des plus jeunes ou des esprits simples mais avides de savoir :

Un sympathique animateur à bonne tête de premier de la classe expliquerait la vie du club et la science (du football) au moyen d’un abécédaire et de projections trop fun sur un écran.

Jamy-Henri Eyraud expliquant le fonctionnement du cerveau d’un footballeur.

Dans le rôle du fils de Mac Lesggy, nous aurions Jamy-Henri Eyraud et ses power points magiques, qui se déplaceraient de ville en ville à bord d’un camion ou mieux, d’un bus aux couleurs de l’OM.

L’avenir de la chaîne TV de notre club pourrait être tout cela et bien plus encore, si l’on daigne suivre nos conseils, ce dont nous ne doutons pas un instant. Et bien plus encore : le programme télé le plus addictif depuis « 24 h chrono » et « The Walking Dead ».

À suivre sur OMTV… et surtout, sur MassaliaLive !

A lire également...
Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de selfmade footix


Artiste sur le terrain, viril mais correct dans la vie. Ou le contraire, ça dépend. Amoureux de la vie, de l'amour, du beau jeu et de l'amour du beau jeu. Accro aux parenthèses et autres digressions. Loisir : Lapins crétins spotting sur les pelouses de France et de Navarre.
Article lu 1415 fois, écrit le par selfmade footix Cet article a été posté dans Echos et taggé , . Sauvegarder le lien.

2 Réponses pour OMTV : relooking extrême

  1. Merci pour cet excellent moment de détente ! 🙂

    Par contre, j’ai failli croire que c’était Passi le coach de The Voice !