Un royaume pour Diarra

Profession : footballeur.
Poste : milieu défensif, latéral droit.
Surnom : « Lass, le nouveau Makélélé »…

Contrairement à ce que vous pourriez imaginer, ce sobriquet ne vient pas de ses coéquipiers après une comparaison incrédule et gênée avec « L’homme aux trois jambes » au moment de la douche…

 Non, en réalité, il le doit à ses seules qualités footballistiques et au fait qu’à Chelsea et au Real Madrid, la plupart des observateurs aient vu en lui le successeur naturel de Claude Makélélé (sur le terrain hein).

Paradoxalement, dans la carrière de « Lass », comme l’appellent ses copains, rien n’est jamais acquis.

Special two

1

Ce parisien de naissance qui repasse lui-même ses slips, commence l’apprentissage du football dans son quartier du 20e arrondissement. Puis il continue sa formation en bourlinguant dans divers clubs, du Paris FC à Nantes en passant par le Red Star et le Mans FC.

Il s’impose en Ligue 2 lors de la saison 2004-2005 au sein du doyen des clubs français, le HAC, et, sans mettre le doigt, tape dans l’œil de José Mourinho qui le recrute pour 4,5 millions d’euros.

Un montant alors inédit pour un joueur aussi jeune et aussi peu expérimenté, mais qui annonçait déjà le foot business actuel, où le moindre petit transfert s’apparente à un investissement à échelle industrielle…

8Au cours de sa première année à Chelsea, il intègre l’effectif de l’équipe première, mais ne participe qu’à la coupe d’Angleterre, où il impressionne tous les consultants par son sens du jeu, sa précision, sa vivacité et sa présence.

La saison suivante, le Special One décide d’en faire son latéral droit pendant les coupes.

Malgré ce replacement inédit, il marque de

son empreinte la finale de la Capital One Cup* opposant Chelsea à Arsenal.

* Coupe de la Ligue anglaise

De la coupe aux lèvres

Las de ce rôle d’éternel joker, Lass décide de changer d’air et signe en faveur du rival londonien aux dernières heures du mercato 2007 !

Malheureusement, le « pédocoach alsacien » ne lui donne pas plus de temps de jeu que « le chauffeur de bus lusitanos », et il demande un bon de sortie au mercato d’hiver pour rejoindre le club de… Portsmouth !

Ce choix courageux lui permet enfin d’exprimer ses qualités pendant une saison complète. Parallèlement, il est convoqué en sélection par Raymond Domenech en mars 2007 et s’y impose rapidement comme titulaire jusqu’en 2010, y compris sur le flanc droit de la défense des bleus lorsque Willy Sagnol fait défaut.

Talentueux et constant, le joueur finit par récolter le fruit de ses efforts. À l’été 2008, il est ainsi recruté par le Real Madrid pour une somme avoisinant les vingt millions d’euros, afin de remplacer son homonyme au milieu de terrain (et pas dans les douches donc).

4

Pax madridista

Tout se passe sans encombres pour lui pendant les deux saisons suivantes.

La concurrence de Khedira et l’arrivée au poste d’entraîneur de José Mourinho n’y changent rien, mais à l’intersaison 2011, la situation évolue et il entre en conflit avec ses dirigeants. Un départ de la Maison blanche semble même se profiler avant de s’éloigner du fait de l’absence d’offres intéressantes.

2

Au début de la saison 2011-2012, il s’illustre en reproduisant à la perfection une Morel lors d’un match contre le Rayo Vallecano. Face à une telle performance, son entraîneur a une pensée émue pour Didier Deschamps qui est alors obligé d’utiliser le modèle d’origine (non modifié avec un « kit Bielsa »).

Il conserve malgré tout la confiance du Special One et s’acquitte d’une première partie de saison éblouissante qui en fait un candidat sérieux à la sélection de Laurent Blanc pour l’Euro 2012. Après la trêve des confiseurs, la concurrence féroce au sein du groupe madrilène lui joue cependant des tours et son temps diminue peu à peu.

Guerre froide

Il quitte alors le « Real de Crédid » pour « un challenge sportif intéressant » comme le déclarent de nos jours TOUS les joueurs qui quittent la Ligue 1 afin de cirer vigoureusement les bancs de touche des clubs de seconde zone de la perfide Albion, en échange de beaucoup, beaucoup, beaucoup  d’argent.

3

Toutefois, il ne délaisse pas le sud pour l’ouest, mais pour l’est et rejoint l’Anji Makhatchkala sur les traces de Samuel Eto’o Fils, un autre joueur friand de challenges sportifs…

L’année suivante, il décide de sortir de son train-train habituel et signe au Locomotiv Moscou qui tente alors de modifier tranquillement son contrat sans son consentement, comme au bon vieux temps de l’URSS !

Il quitte le club russe en juin 2014 et passe une saison entière loin des terrains suite à l’interdiction d’exercer son métier prononcée par la FIFA, une organisation soucieuse de la bonne tenue de sa Coupe du Monde – comme celle de 2018 chez Poutine – et reconnue pour son intégrité ainsi que son combat en faveur des travailleurs népalais au Qatar !

Marseille contrat

Cette semaine, la nouvelle a fait le tour des médias et ne laisse personne indifférent : Lassana Diarra s’est s’engagé avec l’OM pour quatre ans !

7

Soucieux de relancer sa carrière, il était même – aux dires de certains médias – sur le point de s’engager avec Fenerbahce pour un salaire de 5M€ annuels avant que l’OM lui manifeste de l’intérêt et que Marcelo Bielsa prenne le téléphone pour s’entretenir avec lui. Vrais ou pas, ces échos tendent à donner une bonne image d’un joueur que l’on sait très talentueux, mais également caractériel et imprévisible.

Que faut-il en penser ? Pour l’instant il est difficile de se prononcer, mais on peut tout de même émettre des hypothèses en adoptant tour à tour le point de vue du joueur, puis celui du club et enfin celui des supporteurs.

Côté joueur.LD

Non content d’avoir fréquenté des clubs du gotha européen, Lassana Diarra a eu une carrière internationale avec Raymond comme sélectionneur. Non, pas Raymond la science, mais plutôt Raymond l’acteur qui n’a pas réussi à gérer une section SEGPA à la Coupe du Monde 2010 en Afrique du sud…

Ce naufrage, le footballeur a réussi à l’éviter grâce à un forfait providentiel sur fond de fortes douleurs intestinales… Depuis, il se tient loin des bleus, puisque sa dernière sélection remonte à août 2010 et qu’il a affirmé avoir pris sa « retraite ». 

Pour autant, avec la perspective du championnat d’Europe qui se tiendra en France à partir de juin 2016, l’espoir de réintégrer l’Équipe de France en signant au seul véritable Olympique pour y faire une belle saison susceptible de lui offrir un dernier gros contrat Outre-Manche a bien dû trotter dans la tête…

Côté club.

L’OM est à court d’argent et le risque d’échec est réel, mais tout le monde sait pertinemment qu’il faut désormais recruter des joueurs expérimentés, seuls à même d’encadrer un effectif  jeune et fragile en prévision des compétitions à venir.

Or, en profitant de cette conjoncture sur fond de compétition internationale, Vincent Labrune et Marcelo Bielsa ont peut-être trouvé un moyen astucieux d’enrôler un milieu de terrain chevronné à faible coût. Il s’agirait donc d’un coup de poker, d’un pari audacieux avec comme arrière-pensée, une éventuelle grosse plus-value à la revente, en plein Euro 2016…

Inattendu et futé, surtout avec Marcelo Bielsa aux commandes, mais risqué évidemment. Si l’opération échouait, le courroux des supporters ferait des dégâts…

Côté supporteurs.

En toute logique, l’incrédulité, la joie ou le dépit se mêlent aux conversations…

Quelle mouche a donc piqué notre Président pour qu’il recrute un joueur en fin de carrière qui ne rentre pas dans le « Dortmund Projekt », tout en ne laissant rien filtrer de la transaction ?

Que pourra twitter Pierre Ménès pour nous expliquer en 140 caractères – et sans en avoir entendu un traître mot évidemment – la teneur exacte des vingt minutes de conversation téléphonique entre El loco et son nouveau poulain, tout en plaçant « #Bielsa se va » ?

À quelle place finira l’OM avec un vrai numéro 6/8 ?

6

L’avenir nous le dira, mais il est évident que l’OM se met d’emblée sous le feu des projecteurs alors que la saison n’a même pas commencé. C’est un jeu dangereux dans lequel le perdant peut rapidement devenir la victime expiatoire préférée des justiciers du foot français, qui n’aiment rien tant que les cérémonies sacrificielles sur fond d’audimat facile… En revanche, si la mayonnaise prenait, l’OM pourrait étonner de nombreux observateurs…

Bref.

Espérons que Lassana fasse honneur à son surnom de « nouveau Makélélé » et mette le feu au vél’ en imitant son aîné avec des titres en fin de carrière !

 12

Pourquoi il fallait le prendre

• Un international qui a un vécu européen n’est jamais de trop pour encadrer de jeunes joueurs prometteurs, surtout quand il est libre de tout contrat
• Parce que le bonheur, c’est simple comme un coup de fil de Marcelo
• Parce que Bielsa sait ce qu’il fait
• Parce que s’il retrouve la forme, il a plusieurs Romaomina dans chaque orteil
• Parce qu’il est encore accessible pour l’OM, malgré l’inflation généralisée du marché des transferts

Pourquoi il ne fallait pas le prendre

• Un Diarra en fin de carrière, on a déjà vu ce que cela donnait à l’OM…
• Il n’a pas joué au football depuis trois saisons…
• Un joueur qui rejoint l’Anji ou le Lokomotiv « pour le projet » n’a pas la mentalité pour porter le maillot bleu et blanc et intégrer l’institution marseillaise…
• Installer une maison de retraite à côté d’une maternité n’est pas forcément une bonne chose…
• Cela pourrait donner l’idée à Vincent Labrune de faire signer Diaby et Gourcuff*

* Info de dernière minute : pour le premier c’est en cours et l’avocat du second s’est déjà manifesté dans ce sens…

Son arrivée vue du forum

• « Un mercenaire de réputation, mais un mec qui a du ballon et qui avait du coffre. Il paraît qu’il s’est bien entretenu physiquement. Libre, ça peut être un bon coup. »

@richardB (« bon coup » d’après sa femme)

« Quand on vise des Kanté, des N’Koudou, des Sarr, des Pelé, Lassana Diarra, c’est du très lourd ! »

@Herpès Léonard (spécialiste des pesées chez Testut®)

« Tant que Diarra y met du coeur et qu’il lâche pas en Javier… »

@Jester (expert en ramequins)

 

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
Article lu 4618 fois, écrit le par bibpanda Cet article a été posté dans Edito et taggé , . Sauvegarder le lien.

3 Réponses pour Un royaume pour Diarra

  1. Belle présentation du joueur !

  2. « repasse lui même ses slips » ^^ Bloodazurra si tu nous lis…
    Excellent article, comme d’hab, du très bon à lire sur OMLive !

    • 😀

      Bib a fait un super taffe. J’espère que les OMlivers et les internautes de passage, lui feront honneur en jetant un œil puis les deux à son excellent article ! 🙂