J 18 | FCM-OM : FC Messe… amen les trois points !

Mes bien chères sœurs, mes bien chers frères, mes chers fidèles…  Nous voici réunis ici, ce soir, en l’église Saint-Symphorien afin de célébrer la énième descente du FC Messe aux enfers de la Ligue 2.

J’attire d’ailleurs votre attention sur les deux saints qui composent le nom de cette modeste église Saint-Symphorien alors que vous, habitués des fastueux sons et lumière de la cathédrale Vélodrome n’avez pas de saints en votre seing.

Vous rendez-vous compte de ce à quoi vous avez échappé in extremis, fidèles lecteurs et lectrices de MassaliaLive ? Non mais, imaginez juste une fraction de seconde (un peu plus pour certains) que la ville de Metz se soit appelée Fetz ! Mon titre, si inspiré (…) serait devenu : FC Fesse… cague les trois points ! Non, vraiment, on a eu chaud, enfin surtout vous !

Quoi qu’il en soit, après ce probant succès trois buts à un contre le FC « On fait un clapping même après s’être fait climatiser à la dernière minute d’un match à domicile », également appelé US « y a qu’un match qui compte dans l’année, c’est celui à domicile contre l’OM », nous voici rendus à l’avant-dernière messe de la phase aller de notre extraordinaire Ligue 1 Conforama. C’est donc à Metz que la messe nous amène, et je me suis mis quelques minutes dans la peau d’un supporteur mosellan. Il est temps pour nous de commencer.

Trois minutes dans l’enfer du pôle Est !

Je dis quelques minutes parce que plus, c’est juste impossible. Tout d’abord, à Metz pour un frileux tel que moi, c’est l’équivalent d’un hiver au pôle Sud par – 48 °C , et ensuite – quand tu supportes le FC Metz –, tu passes ton temps à vivre des sensations totalement contradictoires d’une saison à l’autre. « Pourquoi ? » me demanderez-vous en lecteurs attentifs que vous êtes. Tout simplement parce que le FC Metz, que je surnomme affectueusement le FC Otis ascenseur, est le spécialiste de la montée en L1, mais aussi celui de la descente en L2. C’est simple, si le FC Metz était un coureur du Tour de France, il serait le meilleur grimpeur et le meilleur descendeur. Remarquez, une année t’as la table basse avec Conforama, l’année suivante, tu peux y manger des Domino’s Pizza ! On peut y voir des côtés pratiques.

Et du coup, je me suis dit que ça doit être génial et terrible en même temps pour les fervents et fidèles supporteurs du club de la Moselle. Ça doit même donner des envies de Meurthe… parfois.

Génial, car tous les deux ans tu vis une montée et une saison pleine de joie, et terrible parce que tous les deux ans tu vis exactement l’inverse. Au niveau ascenseur émotionnel, on est dans celui de la Trump Tower. D’autant que son équivalent féminin français, une certaine Nadine M., vit à quelques encablures.

Évidemment, en bon Marseillais que je suis, j’exagère un peu. Le FC Metz est un club historique de notre PFF (Paysage Footballistique Français) et il mérite le plus grand respect, ne m’en veuillez pas pour ces taquineries. D’ailleurs, les Grenats sont même allés un soir de 1984 battre 4-1 les Blaugranas du FC Barcelone dans leur antre du Camp Nou, ce qui figure encore aujourd’hui parmi les exploits du football français sur la scène européenne.

Quoi qu’il en soit, il ne faudra pas prendre les hommes de Vincent Hognon à la légère (sous peine de se mettre à pleurer), car il compte dans ses rangs le jeune et élancé attaquant Habib Diallo. Son compteur but affiche déjà neuf réalisations, et il a fini meilleur buteur de Ligue 2 l’an passé. Il est associé au très jeune et prometteur Thierry Ambrose prêté par Manchester City. On peut aussi trouver une défense centrale, composée de Boye et Sunzu qui sont deux joueurs rompus aux joutes de Ligue 1.

Ascenseur pour la Ligue des Champions…

En ce qui nous concerne, notre seul et unique objectif pour les deux derniers matches en 2019 est de prendre six points sur six, et de faire perdurer notre série afin de permettre à tout l’environnement du club de passer d’excellentes fêtes de fin d’année. Et ainsi, bien installés à la seconde place du classement, nous rapprocher encore un peu plus près de l’objectif avoué du club, à savoir se qualifier pour la prochaine édition de la Ligue des champions. L’arbitre de la rencontre sera Willy Delajod… Espérons qu’il ne va pas les sauver… Willy. Je sais, cette vanne est facile et éculée, mais l’idée du froid de pingouin mosellan fait tourner mon cerveau au ralenti.

André Villas-Boas pourra compter sur un effectif quasi au complet à l’exception de Florian Thauvin qui a récemment repris la course, et qui doit piaffer d’impatience de rejoindre ses coéquipiers. Il devrait enregistrer le retour de son attaquant argentin Dario Benedetto. Celui-ci a beaucoup manqué en première période face aux Bordelais. Loin de moi l’idée de tirer à boulet rouge sur Valère Germain, mais il est clairement en manque de temps de jeu, et la place de remplaçant ne lui va pas vraiment comme un gant.

Je pense que ce joueur, au-delà du fait qu’il n’est pas un vrai neuf, a besoin de jouer régulièrement pour être bon. Un peu à l’image d’un Morgan Sanson. La difficulté pour le technicien lusitanien (et c’est assez rare pour le souligner… donc je le souligne)  sera de savoir qui, de Strootman, González, Kamara ou Caleta-Car ira sur le banc.

Lors de la dernière rencontre, nos Olympiens nous ont offert un renversement de situation impressionnant face à des Girondins bien en place en première période. Trois buts en quarante cinq minutes de pressing intense et très bien orchestré par un Valentin Rongier qui ne cesse de démontrer d’immenses qualités. Aidé par Sanson, qui a retrouvé un bon niveau physique et de la réussite, comme en témoignent ses deux buts sur les deux derniers matchs. D’ailleurs, l’une des forces de Villas-Boas est d’avoir su refaire jouer en bloc ce collectif. Souvenez-vous des boulevards existant entre nos défenseurs et nos milieux de terrain, il y a encore peu.

Jordan Amavi et Dimitri Payet sont les deux autres à qui je distribuerai des « bons points »,  tous deux auteurs d’une très bonne prestation. Il faudra aussi chercher à comprendre une fois de plus la cohérence de nos instances, puisqu’aucun Olympien n’est cité dans les joueurs du mois de novembre alors que l’OM est le seul club à afficher seulement des victoires sur le mois dernier.

Un peu à l’image de l’absence de sanction financière à l’encontre contre les supporteurs lyonnais lors du dernier Lyon-Nice, alors qu’une semaine auparavant Marseille prenait deux matches à huis clos avec sursis, et 75 000 euros d’amende. Ah… on me dit dans l’oreillette que la décision de sanction aurait été mise en délibéré et à l’heure où j’écris ces lignes, je n’ai pas connaissance de cette décision. Ceci étant, nous n’en serions pas à la première incohérence des instances près, et sans doute pas à la dernière. Laissez-moi déverser mon fiel de mauvaise foi !

Ah ! On vient également de me signaler qu’après le passage de la commission de discipline, un miracle (Aulassien sans doute) fait que le club de la banlieue de Saint-Etienne n’a toujours pas de sanction financière malgré l’énorme craquage de fumigènes pour fêter l’anniversaire d’un groupe de supporteurs. Cohérence quand tu nous tiens…

Mais je vais m’arrêter là dans la mauvaise foi et souhaiter à nos joueurs et nos vaillants supporteurs qui feront ce long déplacement de bien se couvrir – même si le match aura lieu à 17h30 –, et de revenir avec les trois points et rien d’autre. On ne souhaite pas au FC Metz de retourner dans leur purgatoire de Ligue 2, mais on ne va surement pas les aider à se maintenir.

Allez l’OM !

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Tacle Glacé


Supporteur de l'OM depuis sa naissance et même avant j'étais un spermatozoïde engagé !
Article lu 660 fois, écrit le par Tacle Glacé Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , , . Sauvegarder le lien.

Une Réponse pour J 18 | FCM-OM : FC Messe… amen les trois points !

  1. Pingback: L1: FC Metz 1-1 OM | MassaliaLive.com