J 26 | OM-GdB : en quête d’un millésime ?

La vingt-sixième journée de Ligue 1 débutera ce vendredi avec la confrontation entre l’AS Monaco et le Dijon FCO. Pour une fois, l’Olympique de Marseille pourra observer ses concurrents à l’obtention d’une place qualificative pour la Ligue des Champions, avant d’accueillir les Girondins de Bordeaux, dimanche soir.


L’OM à rude épreuve

Quels que soient les résultats de l’AS Monaco et de l’Olympique Lyonnais, s’imposer à domicile demeure vital pour l’OM afin de maintenir un rythme qui aurait été celui d’un prétendant au titre avant l’arrivée des investisseurs qataris dans le football français.

Les mois de février et mars promettent ainsi des matches riches en émotions : affronter Bordeaux entre deux oppositions face aux Portugais du Sporting Clube de Braga est un événement à ne pas manquer quand on sait que le calendrier ne va pas ménager les organismes des Olympiens !

Deux déplacements au Parc des Princes attendent en outre les joueurs de Rudi Garcia alors qu’u loin se profile un énième « Olympico » cher à Jean-Michel Aulas comme aux représentants commerciaux de Canal Plus.

Par la suite, l’OM devra s’acquitter de confrontations moins clinquantes sur la scène nationale et l’on pressent déjà que les points manqués à l’heure des derniers flocons de neige pourraient faire cruellement défaut au moment où le printemps éloignera le gel des pelouses françaises…

De l’importance du banc

En dehors des onze hommes qui seront alignés sur le pré pour accueillir les vignerons bordelais, un seul doit aborder chaque match avec autant de prudence, d’intelligence et d’audace : Rudi Garcia.

Il est le capitaine choisi par Jacques-Henri Eyraud, le maître d’œuvre avec lequel doit cohabiter Andoni Zubizarretta et surtout l’entraîneur dont chaque décision pourra influencer la fin de parcours de l’Olympique de Marseille dans les compétitions au sein desquelles le club est encore engagé.

Ses choix seront d’autant plus scrutés que les Girondins de Bordeaux viennent de changer d’entraîneur.

Ancien joueur uruguayen s’étant notamment illustré à Chelsea après avoir pris le risque de quitter River Plate pour Grenoble dans l’espoir de faire carrière en Europe (dès 1988), Gustavo Poyet a en effet succédé à Jocelyn Gourvennec*.

Depuis son intronisation, les joueurs arborant le maillot bleu marine ont enchaîné quatre succès consécutifs. Leur meilleure série de la saison.

À l’extérieur, ils ont même glané trois victoires d’affilée !

 

Au sein de l’effectif, d’autres changements expliquent ce regain de forme.

Orphelins de Jérémy Toulalan, parti en même temps que l’ancien entraîneur de Guingamp, les Bordelais se consolent désormais avec Martin Braithwaite venu renforcer l’attaque lors du mercato d’hiver.

Et le résultat est probant : soutenu par le tandem Malcolm/Braithwaite, Gaëtan Laborde s’avère nettement plus dangereux qu’en première partie de saison.

Vaincus trois buts à deux par bordeaux lors de la dernière journée de championnat, les Amiénois sont d’ailleurs les dernières victimes en date de cette animation offensive. Une opposition bien supérieure à celle que les Phocéens avaient rencontrée à l’automne…

* dont le nom est familier à Marseille puisqu’il a porté la tunique phocéenne lors de la saison 1998/1999 sous les ordres de Roland Courbis

Concentration maximale

Jusque-là, et à l’exception notable du déplacement à Saint-Étienne, l’OM de Rudi Garcia s’est distingué par sa faculté à confirmer sa supériorité face à des équipes moins bien classées.

Toutefois, à treize journées de la fin de l’exercice 2017/2018, les points vont compter double dans l’esprit de certaines formations. Le championnat est d’un niveau particulièrement homogène : quatorze points séparant le cinquième, le FC Nantes, du dix-neuvième, Troyes. Soit un écart identique entre ces mêmes Canaris et notre équipe préférée, l’OM…

Vous l’avez compris, il est hors de question de se relâcher une seule seconde et les futurs adversaires de l’OM auront tout intérêt à cadenasser leur défense pour engranger des points précieux dans la quête du maintien alors que certains rêvent peut-être encore d’accrocher une place qualificative pour l’Europa League…

Les buts encaissés au stade Saint-Symphorien face à Metz (6-3), puis à Geoffroy-Guichard, dans l’antre Stéphanoise (2-2), trahissent soit une décontraction générale de l’équipe, soit une conséquence directe de la fatigue et de l’enchaînement des matches. En particulier de la part de Luiz Gustavo, le troisième poumon de cet OM qu’on peine à imaginer sans lui.

Personne n’a d’ailleurs oublié la prestation de Frank Zambo-Anguissa à Bordeaux lors du match aller (1-1) : sans son mentor (suspendu), le jeune milieu de terrain camerounais avait offert un cadeau à Nicolas De Préville qui ne s’était pas fait prier pour ouvrir le score…

On fait parler les chiffres ?

Néanmoins, rassurons-nous, les statistiques plaident en faveur des Olympiens.

À domicile, l’OM ne subit pas la moindre forme de malédiction susceptible de l’empêcher de croire en ses chances de succès face aux Girondins.

Si à Bordeaux, l’OM se noie généralement et voit rouge, Bordeaux a tendance à rire jaune quand il se déplace et perd dans les Bouches-du-Rhône. Marseille a accueilli cinquante-sept fois Bordeaux dans l’élite du Championnat de France et les Girondins n’ont connu que cinq dénouements heureux.

Cela étant, quatre de ces victoires ont été acquises au XXIe siècle. La dernière remontant tout de même à près de dix ans (4 mai 2008)…

Dans un tel contexte, la forme – forcément – olympique de Florian Thauvin peut s’avérer cruciale.

Neuf des quatorze buts inscrits par l’ailier marseillais l’ont été au Vélodrome. À l’heure où les compliments fleurissent à son endroit, certains griefs sont pourtant toujours formulés par les plus sceptiques : « Florian Thauvin ne serait guère décisif dans les grands matches. »

Curieux. Car, si la rivalité entre Bordeaux et Marseille semble moins prégnante que dans les années 1980 et 1990, personne ne lui reprochera de casser les reins de la défense bordelaise !
Souhaitons-lui d’ailleurs de marquer le premier but de la rencontre.

Depuis le début de la saison, l’OM n’a jamais perdu après ouvert le score alors que chaque fois qu’ils ont concédé le premier but, les Girondins ont été incapables de l’emporter…

Dans l’esprit de nombreux supporteurs marseillais, la victoire est impérative et aucun d’eux n’accepterait la défaite à domicile face à un adversaire s’étant montré laborieux pendant de longs mois.

Cependant, la résurrection de Girondins délestés de toutes les compétitions annexes auxquelles ils étaient inscrits en début de saison fait craindre un match délicat, sachant que l’OM doit, pour sa part, jongler entre Ligue 1, Europa League et Coupe de France !

La somme des détails

Les Marseillais ont fait montre d’un subtil mélange de solidité défensive, de patience et de solidarité pour enchaîner les bons résultats et éviter les déconvenues face à des adversaires tels que Rennes (0-3), Strasbourg (2-2), Caen (0-2) ou Monaco (2-2).

Pour réduire à néant les ambitions bordelaises et tempérer leur ardeur, il faudra donc retrouver l’équilibre qui a permis à l’OM de s’installer sur le podium de Ligue 1 et donc, être bon partout !

Dans cette perspective, le match dans le match opposant Rudi Garcia à Gustavo Poyet influencera certainement le résultat final. De même, la maîtrise du milieu de terrain marseillais sera décisive (c’est d’une erreur dans l’entrejeu qu’était venue l’égalisation stéphanoise en fin de rencontre il y a quelques jours). .

Sur le flanc gauche et eu égard à son abattage considérable en défense comme en attaque, Lucas Ocampos aura sans doute pour mission de juguler les efforts de Malcolm, le plus dangereux des Girondins.

Par ailleurs, espérons que l’absence de Steve Mandanda ne se fera pas trop ressentir et que l’Albatros, à savoir Yohann Pelé, saura voler de ses propres ailes.

Rappelons, en outre, que Bouna Sarr sera suspendu et ne prendra pas part à cette rencontre, pas plus que Kostas Mitroglou, blessé à l’entraînement (on craint la déchirure d’un quadriceps).

Assumer son rang

Avec l’éventualité de retrouver l’élite européenne l’an prochain, l’angoisse grandit plus que jamais. Elle se cristallise semaine après semaine alors même que les Lyonnais marquent le pas, comme peuvent en attester leurs trois défaites successives en trois matches de L1.

C’est le moment de réaffirmer l’identité du club, de lui rendre ses lettres de noblesse. De faire de cette saison, un moment inoubliable. En un mot, de s’imposer.

Monsieur Garcia, messieurs les joueurs, le message est simple : conservez votre style, assumez votre suprématie et obligez vos adversaires à courber l’échine !

Un Bordelais à terre est un Bordelais comme on aime le voir, tenez-le pour acquis !

Enfin, n’oubliez pas la devise qui nous est chère et qui doit vous animer lorsque vous foulez la pelouse du Vélodrome : « Droit au but ! »


• Composition probable :

Pelé — Sakai, Rami, Rolando, Amavi — Sanson, Luiz Gustavo — Thauvin, Payet, Ocampos — Germain

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Chris Red


Rédacteur pour le plaisir et passionné de l'OM, je suis également auteur de romans et de nouvelles SF/Fantastique et traducteur novice dans le même domaine.
Article lu 1220 fois, écrit le par Chris Red Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , , , . Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.