OM-SCB : Lorient et stress

L’OM est un club étrange. Ses dirigeants semblent improviser en permanence, et ses supporters paraissent incapables de vivre l’instant présent. Pourtant, avant de tirer un bilan et des plans sur la comète, il est encore temps de raccrocher le wagon de la Ligue des Champions.

Bielsa n’est pas Dieu, mais ses détracteurs sont des blaireaux

courbis-rejoint-la-case-prison

« Le 3-3-3-1 ne permet pas d’assurer de bonnes rétrocommissions»

Bielsa va-t-il rester ? Doria est-il, en fait, un personnage de fiction ? Les cheveux de Vincent Labrune sont-ils naturels ? Autant de questions dont on ne devrait rien avoir à foutre avant le coup de sifflet final d’OM-Bastia.

En mai dernier, tous les observateurs olympiens étaient d’accord pour viser le podium face au Paris-Sarko-Gazodollars et aux fauteurs de roubles de Monacov. Malgré l’énergie déployée par Elie Baup puis Patrick Bosso sur le banc, le club venait en effet de vivre un échec lamentable et attendait désespérément des jours meilleurs. Aux manettes, Vincent Labrune avait promis rien de moins qu’une révolution : un vrai staff, du jeu, du plaisir, du professionnalisme.

Si la suite des événements aura spectaculairement montré que Vince a eu du mal à tenir d’autres promesses, celles-ci ont été respectées à la lettre. Malgré les couacs, les bugs, les coups de colère, Marcelo Bielsa a, quoiqu’il arrive, réussi à tirer le maximum de son groupe. Cela s’appelle la compétence, et ça n’a rien à voir avec de la magie. La saison marseillaise n’a été ni parfaite, ni magique, mais elle restera belle. Il paraît ici utile de rappeler d’où le club vient, au moment où les regrets laissés par la première partie de saison semblent autoriser à proférer toutes les âneries. El Loco a bel et bien réalisé des merveilles, quoiqu’aucun miracle. Tous ses efforts n’auront par exemple pas suffi à éloigner certains parasites qui constituent ce que Marseille continue d’appeler pudiquement son « contexte ». Mais l’Argentin se soucie-t-il seulement des états d’âme de médiocres qui se croient plus malins que lui ?

Sept ans plus tard

Pape-Diouf

« De mon temps, on avait fini troisièmes malgré la terrible concurrence des Rousselotdollars et un effectif modeste composé de Nasri, Cissé, Niang, Valbuena et Cana »

Certes, finir quatrièmes de Ligue 1 en étant son… quatrième budget n’est pas l’exploit du millénaire, mais si l’on accepte ce principe, il faut dire haut et fort qu’obtenir la troisième place serait une réussite. Cet objectif est accessible. L’OM a déjà, par le passé, accroché la C1 en ayant deux points de retard sur le podium avant le dernier match. C’était en 2008, vous vous en souvenez forcément. Cette saison-là, Eric Gerets sauve une saison bien mal entamée par Albert Emon, qui regardait pourtant les journalistes dans les yeux et parlait français, lui.

Malgré une belle remontée, Marseille reste toute la saison hors du podium. La faute à un ogre nancéien composé en gros d’une équipe de mi-plots, « mi-toutdroit ». L’armada lorraine ne pouvait pas vraiment être comparée à la cash machine monégasque. Ses cadres de l’époque étaient le regrettable futur marseillais Bracigliano, le sex-symbol Sébastien Puygrenier et… Kim, un Brésilien au nom de strip-teaseuse thaïlandaise que le destin, et Anigo, ont failli envoyer à l’OM l’année suivante malgré une condition physique digne du fils caché d’Abou Diaby et Yohann Gourcuff. En dépit de son casting Lidl, la bande à Pablo Correa avait fait la course devant toute l’année, battant notamment l’OM sèchement… et avait craqué à la dernière journée contre Rennes, sur un but de l’ancien Olympien Pagis.

Évidemment, tout le monde espère que Jordan Ayew, le petit frère geignard, imitera Mika, le grand frère classieux. Le seul problème, c’est que même si Jardim pratique un football à peu près aussi chatoyant que celui de Don Pablo, son effectif est autrement plus impressionnant.

Marseille reparlera espéranto

bouchette

« Bielsa est un vieux con incompétent et irrespectueux. Labrune devrait le virer. L’amour-propre, c’est important. Moi par exemple, jamais je ne partirais en vacances avec un type qui m’a traité comme la dernière des merdes au Vélodrome »

Peu importent les résultats de la dernière journée de championnat, l’Olympique de Marseille disputera la saison prochaine une compétition européenne, puisque le club est assuré de terminer dans les cinq premiers.

Si tous les regards se tournent vers la C1, l’OM a toutes les chances de se retrouver en Europa League, y compris s’il parvient à finir sur le podium de la Ligue 1. L’ancêtre des cette épreuve fourre-tout, la Coupe de l’UEFA, était une superbe compétition avant que la tentaculaire Champion’s League ne la transforme en coquille vide.
Aujourd’hui, la C3 est toutefois en train de retrouver un peu de son lustre, entre un plateau intéressant après les phases de poule et des gains financiers en nette augmentation. Selon les chiffres fournis par l’UEFA, l’OL de Rémi Garde avait, par exemple, empoché plus de dix millions d’euros en 2013/2014.
Or, à partir de la saison prochaine, les dotations de l’Europa League vont presque doubler, grâce à une hausse significative des droits TV. Ces histoires d’argent ne sont pas anecdotiques ou extrasportives. Dans l’hystérie collective ambiante, se souvenir que Marseille a budgété une quatrième place en début de saison calmera peut-être les « amis » inquiets de l’OM. On connaît déjà les vautours qui se languissent de crier au fiasco dès demain ou en août prochain, du haut de leur brillante carrière amateur à Consolat, Endoume ou comme dirigeant du stade de Reims. Au bout d’un exercice où beaucoup ne peuvent s’empêcher de voir le verre à moitié vide, l’idée de revoir des soirées européennes au Vel’ l’an prochain est évidemment jouissive. Ces soirées s’inscrivent dans l’ADN du club, n’en déplaise aux experts qui encensaient Elie Baup et son zéro pointé continental pour vomir aujourd’hui la « folie » offensive d’un ancien finaliste de Coupe d’Europe. Et on parle de celui qui a des cheveux.
 

La saison de l’OM vue par la presse

« Bielsa n'a pas de crédibilité dans le football »

« Bielsa n’a pas de crédibilité dans le football »

« Bielsa est complètement parano. Il croit que j’utilise les toilettes des hommes pour l’espionner. » @Helene Foxonet, l’Équipe

« J’attends que Vincent Labrune me téléphone pour pouvoir vous dire ce que je pense de la saison. » @Matthieu Grégoire, Le Parisien

« Je pense que Thomas Deruda aurait fait beaucoup de bien à l’OM cette année, mais Bielsa est complètement con parce que ce n’est pas un véritable Marseillais. » @Laurent Paganelli, Canal Plus

« Bernard Tapie ferait quand même beaucoup mieux que Vincent Labrune. » @La rédaction de La Provence

« Le travail de José Anigo semble enfin porter ses fruits. » @Hervé Penot, l’Équipe

« Bielsa est une merde traitée comme un Dieu. Alors que tout le monde sait que le seul Dieu du foot est Thierry Henry… Et puis, hormis les deux finalistes de la Ligue des Champions, citez-moi UN club qui joue avec une défense à trois à la con ? » @Pierre Ménès, tenancier du café des Sports de Boulogne-Billancourt

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
Article lu 4036 fois, écrit le par boodream Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , , , . Sauvegarder le lien.

4 Réponses pour OM-SCB : Lorient et stress

  1. avatar De selfmade footix le 23 mai 2015 à 21h46

    Comment dire ? Parfait, tellement juste….
    Quoiqu’il arrive ce soir (allez Lorient, allez Jordan, merde !) une saison pleine en termes d’émotion, ça faisait longtemps.
    Allez l’OM.

  2. Well done !

  3. Excellent dernier AM de la saison ! Bravo boodream !