OM – SMC : aura-t-on les tripes ?

Après avoir concédé à deux reprises le match nul – sur le score identique de 2-2 – face à Reims et dans le Chaudron stéphanois alors qu’il menait 2-1 à chaque fois, l’OM reçoit ce vendredi soir le Stade Malherbe de Caen, leader de l’année 2015.

Les tripes sont-elles encore à la mode ?

Depuis ces deux premiers mois de l’année et jusqu’à cette 63e minute du match ASSE-OM, l’heure était franchement à la sinistrose. Le club phocéen s’apprêtait alors à entrer dans une crise sur fond de fin de saison sans enjeu, où même une qualification en Champion’s League devenait fortement hypothéquée, notamment de par les retours menaçants de Monaco et…Saint-Etienne ! Puis Michy est arrivééééééé, sans gâcheeeeeer. Deux buts sur ses deux premières occases : si ça ce n’est pas du réalisme, ma p’tite dame. Et en menant 2-1, c’étaient désormais les olympiens qui reléguaient les Verts à onze longueurs, alors que ces derniers revenaient à seulement cinq unités lorsqu’ils avaient l’avantage 1-0. Comme quoi, tout va très vite dans le football, et surtout dans cette Ligue 1. Au final, le score de parité entre les deux équipes donnera lieu à un statu quo et un maintien à distance de huit points d’écart.

Mais pour en revenir au terrain et oublier l’espace d’un instant les considérations purement comptables, il faut dire que l’on a énormément apprécié le mouvement, le sens du placement et le toucher de balle du jeune attaquant belge. On a aussi beaucoup aimé la tonicité, la fraîcheur et l’efficacité retrouvées de Romain Alessandrini, double passeur décisif dimanche dernier. Ce qui nous fait bigrement espérer que ses soucis de blessures sont désormais loin, très loin derrière lui. Espérons aussi que Marcelo Bielsa titularise ces deux éléments, histoire de préparer la saison prochaine. Il serait également judicieux de faire évoluer André Ayew en numéro six pour ses – probables – derniers mois marseillais et d’aligner Lucas Ocampos sur l’aile droite, ce dernier ayant montré des choses assez intéressantes. En effet, avec ces quatre joueurs plus Payet et Imbula tous deux ressuscités, c’est l’OM du début de championnat que nous avons retrouvé au cours de ce troisième tiers du match en terre forézienne. La fin de saison en eau de boudin n’aura donc peut-être pas lieu, à condition que nos joueurs se sortent enfin les tripes…

Le match qui se profile sera intéressant à plus d’un titre pour notre OM : retrouver définitivement le jeu chatoyant qui fut le sien voici quelques mois, et clouer le bec d’une escouade caennaise en pleine confiance. Mais aussi profiter éventuellement des déplacements de Lyon à Lille et de Paris à Monaco, deux matchs où il pourrait y avoir de la casse…

Il y a donc pour les Phocéens la possibilité de retrouver un certain élan pour ce dernier tiers du championnat, à condition de bien vouloir y croire un minimum et de se donner les moyens d’y parvenir. Chiche ?

 

Et l’adversaire, alors ?

Tiens, en parlant de tripes, évoquons ensemble notre prochain adversaire, qui vient au Vélodrome ce vendredi soir, pour un coup d’envoi du match à 20h30. A première vue, lorsque l’on prend en compte ce statut plutôt flatteur – mais quelque peu virtuel – de meilleure équipe en 2015 et que l’on se penche sur les dernières rencontres disputées par le club phare du Calvados, il y a vraiment de quoi, sinon trembler, du moins ressentir une certaine appréhension. En effet, lors des journées 21 à 26, les Bas-Normands ont engrangé seize points sur dix-huit en battant successivement Reims (4-1), Saint-Etienne (1-0), Toulouse (2-0) et Lens (4-1) dans leur antre de Michel d’Ornano et en allant décrocher une victoire à Rennes (4-1) et un excellent match nul à Paris (2-2). Ce qui les a naturellement conduits de la lanterne rouge à la quatorzième place.

 

Capture4

 

Ce redressement, au demeurant assez spectaculaire, est d’autant plus surprenant si l’on regarde le parcours caennais avant cette belle série, puisqu’on s’aperçoit que les hommes de Patrice Garande n’ont connu la victoire qu’à trois reprises sur les vingt premières journées de Ligue 1, dont deux en tout début d’exercice lors de déplacements à Evian (3-0, 1ère journée) et à Reims (2-0, 3e journée). On remarque au passage que les Champenois leur réussissent plutôt bien. Mais c’est surtout ce succès bien isolé (2-1 à domicile face à Lorient, pour le compte de la 11e journée) au milieu d’une longue période qui s’étend de la mi-août à la mi-janvier. Soit un bilan d’une victoire en cinq mois – si l’on excepte celle en 1/16e de finale de Coupe de la Ligue face à Clermont Foot (4-3), pensionnaire de l’échelon inférieur – comme en témoigne l’infographie suivante :

 

Capture3

 

Le SMC a surtout connu, à partir de début novembre et de la douzième journée de championnat, une série comportant six défaites et trois matchs nuls en L1, en plus des éliminations dans les deux coupes nationales (3-2 à Bastia en 1/8e de Coupe de la Ligue et sur le même score à domicile face à Dijon en 1/32e de Coupe de France). C’est à se demander ce qui a bien pu se passer dans le courant de ce mois de janvier, pour que les Caennais deviennent tout à coup irrésistibles. D’aucuns font état d’une personne qui aurait bouleversé la vie des bleus et rouges : un certain Gérard ! Pas Dépardieu, ni Jugnot ou encore…Lenorman (pouvais pas m’empêcher…), mais Gérard Baglin, coach mental de profession, qui apparaît comme une sorte de gourou, voire un mentaliste d’après quelques détracteurs. Ce monsieur Baglin, officiellement « conseiller en formation et en management des hommes et des organisations », a notamment comme clients des golfeurs, des tennismen mais aussi des footeux comme les anciennes gloires caennaises des années 90, Daniel Jeandupeux (ex-coach et directeur sportif du Stade Malherbe), Benoît Cauet (ex-milieu de terrain) et Christophe Point (ex-défenseur gauche). Aussi, les récentes performances bas-normandes sont-elles réellement à mettre à son actif ? Les joueurs de Patrice Garande sauront-ils maintenir cette cadence jusqu’au clap de fin du championnat ? Premier élément de réponse ce soir.

Pour ce qui est de l’effectif de Caen, celui-ci est composé d’éléments expérimentés tels que le gardien Rémi Vercoutre (34 ans), qui va certainement encore faire le match de sa vie face à l’OM, l’arrière-droit Jean Calvé (29 ans) passé notamment par Sochaux, Le Mans ou Nancy, le défenseur central tunisien Alaeddine Yahia (33 ans), le latéral gauche brésilien Felipe Saad (31 ans), les milieux de terrain Julien Féret, José Saez (32 ans) et le fidèle vétéran Nicolas Seube (35 ans) dont il s’agit de la quatorzième saison d’affilée sous la tunique Malherbiste !

Quelques jeunes et talentueux joueurs y évoluent également, comme l’ancien attaquant sochalien Sloan Privat (25 ans), l’Argentin Emiliano Sala (24 ans), les milieux Nicolas Bénézet, Hervé Bazile (24 ans) et N’Golo Kanté (23 ans), ainsi que le défenseur Dennis Appiah (22 ans).

 

Les raisons d’y croire et d’espérer

  1. Le jeu proposé durant la dernière demi-heure à Saint-Etienne, nous qui le réclamions depuis si longtemps
  2. La concurrence désormais possible au sein de l’effectif marseillais
  3. Le Paris-SG qui joue encore sur les quatre tableaux et qui pourrait laisser beaucoup d’énergie (et même des plumes, si élimination de LDC par Chelsea) et dont l’effectif est miné par les blessures
  4. Lyon qui est lui aussi privé de son taulier de la défense centrale, Milan Bisevac, et ce pour toute la saison (et qui est remplacé par un mec qui porte un nom d’acteur porno, Lindsay Rose !)
  5. Saint-Etienne qui cale sérieusement en cette année 2015 et qui ne rattrapera probablement pas l’OM

Les raisons d’avoir peur et d’aller à la pêche

  1. Marcelo Bielsa qui s’entête à aligner Gignac en pointe et Romao dans l’entrejeu, et à laisser Batshuayi, Ocampos et Alessandrini se morfondre sur le banc de touche
  2. L’absence jusqu’à la mi-avril (dans le meilleur des cas !) de Nicolas Nkoulou. Absence qui se fait cruellement ressentir, mais est-il besoin de le préciser ?
  3. Les blessures et les suspensions qui peuvent encore s’acharner sur l’OM
  4. Clément Turpin !!!
  5. Une charnière centrale Fanni-Morel en fin de contrat en juin prochain, et qui risque de ce fait de ne plus trop être mobilisée pour cette fin d’exercice 2014/15

 

ALLEZ L’OM !

 

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Jogabonito


Combattre pour l'OM à la vie à la mort, depuis 1980 en ce qui me concerne.
Article lu 1694 fois, écrit le par Jogabonito Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , , , . Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.