Les Articles Récents

FC Lyon 2-0 OM: le fond est touché…

Imprimer
Recommander la news
En discuter sur le forum
Avant-match : Connaissant les résultats des autres matchs de cette sixième journée, les deux équipes abordent l’Olympico cher à Grégoire Margrocon avec deux objectifs opposés : la première place pour Lyon, la conquête de la lanterne rouge pour l’OM. Bref, tout pour vivre une belle soirée de football si l’on est supporter marseillais et fan de masochisme.Les équipes :Les équipes :
OM : Tu cadres tu marques – Boulevard de Navarre, L’érodé, Saoulé, Traoré- Un grand plot, Mini-ben, Le sous-fiffre- Culbuto, Le démorélisé- Man vs Wild

Lyon : Un gardien – quatre défenseurs corrects- deux récupérateurs qui récupèrent- Bastos, Jimmy « tout droit » Briand- Le tube du Grenier, La Panthère de Fréjus

Le résumé :

D’entrée, l’OM met toute son énergie dans sa quête de lanterne rouge. Enorme déchet technique, placements douteux et relances calamiteuses : tous les ingrédients sont réunis pour vivre une belle soirée bien pourrie, de celles qui donnent l’impression de revenir au temps d’Abel Braga.
D’ailleurs l’ouvrage collectif marseillais ne met que 17 minutes à trouver sa juste récompense : un placement et une passivité abominable d’Azpilicueta offrent à Bastos la possibilité de servir Gomis sur un plateau, pour une copie conforme du but concédé à Lille en début de match. Petite précision concernant cette action : bien qu’entachée d’un hors-jeu d’un mètre du buteur, elle fut déclarée réglementaire par un arbitre assistant fidèle à la doctrine duhamélienne « Incompétence toujours ».
Là où toute équipe normalement constituée ferait preuve d’orgueil pour tenter d’égaliser, l’OM continue sur sa lancée : une perte de balle sur une nouvelle simulation grotesque d’un Valbuena qui fait tout pour faire regretter les 20 millions que le Zenit voulait mettre sur lui il y a trois ans, ponctuée par un contre foudroyant dans le dos d’un Azpilicueta à la rue permet à Bastos d’ajuster un Mandanda qui ne pouvait pas plus ouvrir l’angle du but : 2-0 au bout de 30 minutes, l’odeur du sapin pointait intensément. Un Lyon qui contrôle sans forcer face à un OM sans orgueil ni imagination : cette première mi-temps fut une anthologie d’impuissance.
Si le onze olympien dans son ensemble fut en faillite sur le premier acte, force est de constater que les présumés tauliers ont failli : Diarra n’a rien récupéré sinon un carton jaune et des forces en sortant à la pause, Lucho fut transparent tandis que Mandanda fut aussi orange que peu décisif.
Pour la forme, on reviendra sur la deuxième mi-temps, qui aurait pu prendre une autre tournure si Ayew et Rémy n’avaient pas cafouillé une énorme occasion de réduire l’écart à la 48ème. La suite fut un long jeu de baballe de l’OM, sans aucune percussion malgré les entrées d’Ayew et Amalfitano. Seule éclaircie dans la tempête : une belle action à une touche de balle entre Ayew, Amalfitano et Lucho débouchant sur une belle reprise de peu à côté de la part du suiveur de jeu argentin marseillais.
Au final, une défaite des plus logiques et des plus amères tant le contenu fut affligeant de faiblesse, à tous les niveaux. On ne peut pourtant pas dire que l’adversaire du jour était irrésistible.

On a aimé :

-rien. Bon pour la forme on saluera la prestation correcte de Djimi Traoré, qui s’approche dangereusement du nombre de matchs joués par Julien Rodriguez sous le maillot de l’OM

On n’a pas aimé :

-la prestation de l’OM
-lire le classement ce matin
-penser à l’attitude qu’auront les virages du Vélodrome mercredi prochain.

 
Article lu 638 fois, écrit le par bibpanda dans Compte-rendu | Commentaires fermés sur FC Lyon 2-0 OM: le fond est touché…

OL – OM : Les Notes des derniers

Le bonnet d’âne du soir :

  • DIARRA
    Il est arrivé afin de sécuriser le milieu de terrain olympien défaillant la saison dernière et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’assure pas du tout cette tâche. Il faut qu’il se reprenne car l’OM va droit dans le mur avec lui. Espérons que sa sortie à la mi-temps lui remette la tête à l’endroit.

Les autres ânons :

  • MANDANDA
    Un Mandanda à son niveau aurait très certainement arrêté le premier but de Gomis. Celui qui garde actuellement les cages olympiennes se contente d’effleurer le cuir dans le meilleur des cas…
  • AZPILICUETA
    Une première mi-temps très difficile, il défendait à l’envers et Bastos s’est amusé avec lui.Il s’est repris au retour des vestiaires mais dans l’ensemble il livre un match moyen.
  • FANNI
    Il a réussi quelques interventions intéressantes mais tactiquement il a toujours du mal à se positionner correctement. Nkoulou ne devrait avoir aucun soucis à récupérer son poste.
  • DIAWARA
    Certainement le meilleur olympien ce soir. Des tacles tranchants, des montées rageuses. Il lui manque un peu de leadership afin de contrôler sa défense.
  • TRAORE
    Deuxième titularisation et un match assez pauvre surtout offensivement où il n’a jamais été dangereux.
  • LUCHO
    Il a beaucoup couru mais il n’a pas suffisamment pesé sur le secteur offensif de l’OM. Il s’est toute fois procuré 2 très bonnes occasions.
  • CHEYROU
    Match moyen pour benoit. Pas suffisamment agressif au pressing, il a en plus pas mal de déchets dans son jeu de passe. Une prestation à oublier.
  • VALBUENA
    Un festival de mauvais choix et une intelligence tactique encore une fois en dessous de la moyenne. On l’attendait sur le côté droit, Gonalons a eu le plaisir de le trouver dans l’axe. Il n’a réussi que 2 malheureux centres et aucuns coups de pied arrêtés en 90 minutes…
  • REMY
    Il s’est démené seul sur tout le front de l’attaque. Il a été très rarement trouvé par ses coéquipiers. Après une belle série de buts consécutifs, Loïc a un moins bien qui correspond aux carences offensives de l’OM.
  • MOREL
    Titulaire une nouvelle fois sur « l’aile gauche » de l’attaque olympienne, Jérémy a cette fois déçu. Très peu inspiré il n’a quasiment pas combiné avec Remy. Sorti à la mi-temps au profit d’André Ayew.
  • REMPLAÇANTS
    Les entrées d’Amalfitano et d’André Ayew ont redonné du peps à l’animation offensive, mais cela est resté dans l’ensemble assez brouillon.
  • ADVERSAIRE
    Sans être extraordinaire, Lyon s’est imposé tranquillement face à l’OM. Gonalons et Gomis ont été déterminant dans cette victoire.
  • ARBITRAGE
    L’OM a souvent eu des problèmes avec Mr Duhamel. Ça c’est encore vérifié ce soir. Comment n’a t-il pu voir Gomis largement hors jeu sur le premier but ?

Voilà l’OM bon dernier de L1. Didier Deschamps a 3 jours afin de trouver des solutions pour enfin remporter une victoire cette saison. Cela ne va pas être facile avec des joueurs atteints moralement.

 
Article lu 686 fois, écrit le par bibpanda dans Les notes | Commentaires fermés sur OL – OM : Les Notes des derniers

Poursuivre la guérison.

Fear is Gone ?

Quelques jours après avoir dépucelé son compteur de victoires en 2011-2012, Trophée des Champions mis à part, par leur victoire sur le terrain de l’Olympiakos, les marseillais vont se frotter au leader lyonnais dans le cadre de la 6ème journée de L1. La question qui se pose d’emblée est de savoir si ce succès en terre grecque va libérer nos olympiens, tétanisés depuis quelques semaines par la peur de vaincre. Et bien rien n’est moins sûr. Si le résultat a enfin été au rendez-vous, la prestation a elle été très en deçà du niveau de jeu affiché face à Rennes notamment. Il aura fallu mercredi que Deschamps nous reconstitue la ligne Maginot en fin de match pour résister à une équipe pourtant plus que poussive et empocher 3 points vitaux.

Faut–il pour autant considérer l’OL, invaincu cette saison, comme un ogre infranchissable ? Pas si sûr. Si ils ont eu eux la réussite dans les résultats, le jeu affiché par les lyonnais depuis le début de la saison est loin d’être flamboyant. La réussite des hommes d’Aulas réside notamment dans les performances d’un Lloris niveau international (lui) et d’un Gomis qui ferait presque oublier l’absence de Lisandro Lopez. Et dans un calendrier plutôt favorable, si l’on veut pousser le bouchon.

L’olympico de dimanche s’annonce donc indécis et se présente déjà comme un match charnière. Si les lyonnais l’emportent, ils pourraient déjà prendre le large et enfoncer l’OM dans la crise. Dans le cas contraire, l’OM pourrait poursuivre la guérison de son jeu et de ses résultats, avant d’aborder un programme en championnat relativement abordable. Afin de définitivement chasser la peur de toutes les têtes.

Jean-Michel, président du Football Club de Lyon

OL-OM, c’est la grande affiche du championnat, la rencontre opposant les deux équipes françaises ayant remporté la coupe d’Europe, même si, pour Marseille, c’était il y a tellement longtemps que je ne me souviens plus bien contre qui c’était, l’Etoile rouge, je crois, mais je ne suis pas sûr, alors que nous, tout le monde sait que c’était contre Postdam.

OL-OM, c’est aussi l’opposition entre les deux premiers gardiens de but français, le meilleur, Hugo, et l’autre. Ah, mais j’ai beaucoup d’estime pour Mandanda, il me fait penser à Droopy, n’empêche, à Lyon, on a Hugo.

Comme d’habitude, on n’a vraiment pas de chance, parce qu’au moment d’accueillir Marseille, on ne peut pas compter sur Lisandro, alors que notre adversaire a son effectif au complet. Et quand on pense en plus que nous aurons un jour de récupération de moins à cause de la programmation scandaleuse du match à Amsterdam mercredi alors que Marseille avait obtenu de jouer mardi, je me dis qu’on part à Lyon avec un handicap. Déjà que les arbitres nous sont défavorables…

Ce sera un match très difficile car l’OM est une excellente équipe qui nous talonne au classement avec seulement 8 points de retard. Je pense que l’OM va trouver la distance et je suis sûr qu’ils finiront par gagner quelques matchs cette année ; ils ont de bons joueurs, un grand entraîneur, moins bon que Rémi, mais grand quand même. Bien sûr, ça ne sera pas pour dimanche, et je fais confiance à mes joueurs pour qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes et niquent cette équipe de seconds cout… euh, je veux dire qu’ils viennent à bout de cet adversaire redoutable. Si l’arbitre le veut bien, mais ça, on ne peut pas le contrôler et je ne veux pas lui mettre la pression. De toute façon, je me défends toujours d’évoquer l’arbitrage.

L’OL est second du championnat, bien placé pour se qualifier pour la treizième fois pour la Ligue des champions, ce qu’aucun club n’a jamais réalisé dans toute l’histoire de l’humanité. Je suis fier d’être à la tête de ce grand club et j’espère simplement que l’arbitre aura les enjeux en tête et saura ne pas rompre l’équité du championnat.

Alors qu’on peut parier sur tout et n’importe quoi de nos jours, on ne vous donnera pas des cotes ici pour :
-« est-ce que Garde va se faire virer par un stadier qui le prendra pour un supporter stéphanois armé d’une PS3 ? »
-« Quel défenseur marseillais se fera sanctionner après le match suite à un rapport complémentaire de l’arbitre ? »
-« Combien de dislexiques liront pornochic au lieu de pronostic ? »

Il y a quelques jours, personne n’a vu venir l’équipe alignée par Deschamps en LDC : Traoré titulaire, Morel ailier, un sosie de Mandanda dans les cages (bah oui, il n’a pas pris de but), et Omrani au lieu de Gadi sur la feuille des remplaçants. L’entraineur a du, et devra aussi pour le match de ce Dimanche, s’adapter aux absences, aux méformes et aux indigestions de substituts alimentaires Weight Wetchers.

Nous allons donc essayer de pronostiquer l’équipe alignée au coup d’envoi et les joueurs succeptibles d’entrer en jeu.
Tel un Jean-paul 1er choisi par les cardinaux, Mandanda a été choisi comme capitaine par ses coéquipiers, donc sur son poste pas de surprise possible (et puis les 2 autres gardiens, un a une tête de GO du Club Med, et l’autre à un nom de cirque italien).
Ensuite vient la défense : M’Bia, N’Koulou, les joueurs qu’on peut apostropher sont suspendus ou blessés. Ne restent que Azpi, Fanni, Diawara, Traoré et Morel. Grâce au rapport de l’arbitre de OM-Rennes, Le Graët est capable de nous sortir une jurisprudence permettant de juger et condamner Diawara entre Vendredi soir et Dimanche. Nous parierons donc pour une assise défensive (oui, vu leurs qualités, on aura l’impression que la charnière centrale jouera assise) composée de Azpi-Fanni-Traoré-Morel.
Le milieu de terrain est plus simple à pronostiquer : Alou est systèmatiquement aligné (c’est le seul qui ne doit jamais manquer les « soirées », nous ne voyons pas d’autres explications), Lucho a marqué Mardi, et Cheyrou a été d’un niveau LDC, les 3 seront donc présents au coup d’envoi.
Reste l’attaque : Gignac est blessé. Rémy est le seul joueur positionnable à la pointe. Valbuena a repris, mais en se prenant un mauvais tacle d’André Ayew à l’entrainement, cela obligera Deschamps à aligner Jordan à sa place. reste le coté gauche, Amalfitano n’y ayant pas encore été testé, ce sera l’occasion de découvrir que là non plus, il n’a pas un aussi bon rendement que dans l’axe.
Pour la liste des remplaçants, Deschamps devrait choisir André Ayew qui revient de blessure, Kaboré l’homme à tout faire, Bracigliano, Sabo, le petit D’Ulivo, Omrani et Gadi. C’est pourquoi la feuille de match officielle comprendra Dédé Gignac, Kaboré, Bracigliano, Leyti N’Diaye, Omrani et Malcuit.

Si on mène à la 75ème, Kaboré, Bracigliano et Sabo rentreront en remplaçant Lucho, Cheyrou et Rémy, pour conserver le score. Si on est mené, Kaboré seul rentrera, et remplacera Cheyrou en ayant pour consigne à la fois de servir de milieu relayeur droit et d’ailier droit parce que Ayew se sera fait expulser sur un tacle de boucher.

Traumatisme d’enfance, persécution, tout ça… Jean Michel Aulas est né à La brêle, dans le Rhône !! A l’Arbresle si on veut être tout à fait précis.

Rémi est également né à l’Arbresle. En sachant que Jean-Michel Aulas faisait le facteur lorsqu’il était étudiant… Nous vous laissons tirer toutes les conclusions qui s’imposent

En juillet 2008, Maxime Gonalons souffrait d’un staphylocoque doré et fut à deux doigts de se faire amputer de la jambe. C’est donc de la simple vengeance de vouloir briser les jambes de tous ceux qui passent dans son coin…

On veut Jimmy !
Une victoire est envisageable si Jimmy reste sur le banc, c’est encore là que je l’ai trouvé le moins inefficace. (@cageal, olweb.fr)

Impeccable pour Valbuena donc
On a pas besoin d’être grand pour violer Cissokho dans un match (@essuy, olweb.fr)

Toute l’équipe s’associe à son vomi
Je viens de me souvenir que Nkoulou est toujours suspendu et que donc la charnière sera Fanni-Diawara. J’ai vomi. (@killerdemars, omlive.com)

Pas mieux
En espérant qu’on prenne pas une claque (@dlb1664, omlive.com)

Venez réagir sur le forum

Article lu 599 fois, écrit le par bibpanda dans Avant-match | Commentaires fermés sur Poursuivre la guérison.

Olympiakos 0-1 Marseille : Le Pirée évité

Imprimer
Recommander la news
En discuter sur le forum
Avant-match : Une main plongée dans les méandres glauques d’un caleçon à la propreté douteuse, un panaché de métrosexuel à la main, une femme acariâtre qui me reproche de ne pas la laisser regarder « Desperate Housewives ». Je lui réponds qu’elle n’a qu’à filmer ses journées « repassage » et se les repasser le soir, cette morue.

Les équipes :

OM : Raymond Barre (transversale) – Manuchao, Barracuda en déambulateur, Kiroukou le tacleur, Traoré frère/père/fils- La grande saucisse sans les frites – La caravane diesel sans les Gipsy Kings, Monsieur le Capitaine – Huggy les mauvais tuyaux, Jérémy Beckham – Loïc BRANDAO.

Olympiakos : j’ai vu un ptit chauve qui dribble, un ou deux truqueurs, et une équipe insignifiante

Conditions de jeu : aussi chaudes qu’une salle de bain de Sofitel

Le résumé :

C’est fait, l’OM a remporté son premier match depuis le trophée des champions ! Pour cela, il aura fallu aller se faire voir chez les Grecs. 11 grecs à bout de souffle au bout de 20 minutes et qui ont malgré tout failli égaliser en fin de match…

Ne nous leurrons pas, les Marseillais n’ont pas réalisé un grand match. Vous me direz, ça fait sans doute 1 an que c’est la même chanson, à quelques exceptions près. Alors certes, l’OM a gagné sur un petit but de l’idole des jeunes, Lucho Gonzalez, mais ce but est bien peu de choses au milieu du néant collectif que représente cette équipe.

Tactiquement, le chantier est énorme. Le 4-3-3 est absolument inadapté à notre multitude de joueurs axiaux, obligés de s’exiler sur les côtés pour jouer les ailiers de (mauvaise) fortune. Nos matchs se suivent et se ressemblent. Amalfitano repique systématiquement dans l’axe et multiplie les mauvais choix tout en ayant l’air perdu sur le terrain, Lucho joue trop haut ou trop bas pour tenter d’attirer à lui un ballon qui ne vient jamais, Alou Diarra est en dessous de tout, et finalement, l’un de nos meilleurs joueurs fut un arrière gauche forcé de jouer ailier suite aux forfaits de Gignac (lui même avant centre) et André Ayew.

Techniquement, cette équipe inquiète. Lucho, le fameux stratège aux qualités tant vantées que l’on pourrait écrire un livre de ses prouesses réalisées à un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, n’est pas à la hauteur de son rôle de meneur du milieu de terrain et multiplie les approximations. Alou Diarra est incapable de ressortir un ballon proprement. Les contrôles sont souvent approximatifs, la fluidité du jeu inexistante.

Physiquement, cette équipe semble encore payer le prix (cher) d’une préparation physique survoltée menée par un italien adepte du jus d’orange parmesan et des footings de 30 km en pleine canicule au mois d’août.

Esthétiquement, c’est laid et on s’emmerde ferme.

L’OM domine les 60 premières minutes de façon assez maîtrisée, certes, mais honnêtement, entre deux frappes molles et non cadrées d’Amalfitano et Lucho (pour lequel ma femme me demandera si c’est le même type qui pose en photo sur une croix ou un drap d’habitude), on a le temps de s’emmerder ferme et de se demander s’il ne vaudrait pas mieux s’acheter la paix sociale et une hypothétique partie de jambes en l’air en zappant sur les quadragénaires refaites de la 6.

Au milieu de ce néant footballistique, à la 51ème minute plus précisément, le petit Jérémy Morel s’arrachera sur son côté gauche, dribblera deux Grecs statiques qui feront franchement pita pour le coup, et s’en ira trouver la Luch’ d’un petit bijou de centre en retrait pour un but plein de sang froid, de maîtrise et de justesse technique.

Un but qui ne suffit pas à nous faire oublier le reste, mais qui soulage et délivre.

A ce moment là, on se dit qu’on va passer une bonne fin de match, et que pour peu que l’OM en colle un ou deux avant la 90 ème, on pourra gentiment finir cette soirée avec sa chère et tendre dans des draps frais.

Las ! L’OM retombe très vite dans ses travers faits de suffisance et de fébrilité et se recroqueville peureusement dans ses 30 derniers mètres pour laisser le monopole du ballon à des Grecs sans génie, mais avec de l’envie.

Isolé au premier poteau sur un centre venu de la droite, Djebbour manquera d’un rien la balle de l’égalisation, face à un Mandanda suspendu par les pieds à sa barre transversale, et qui ne prendra même pas la peine d’ouvrir un oeil entre deux feuilles d’eucalyptus.

Sur ces entrefaites, Deschamps jouera l’option spectacle en sortant tous ses éléments offensifs pour faire entrer des défenseurs. C’est ainsi que le maladroit Rod Fanni entrera en jeu, mais pas trop longtemps. Entré à la 81 ème, Rod aura le temps d’observer un peu la pelouse avant de se faire expulser stupidement, comme d’habitude, d’un tacle les deux pieds décollés du sol à 30 mètres de son but.

Une action sans conséquence car sa victoire, l’OM l’a tenue. Soulageant certes, mais pas vraiment rassurant.

On a aimé :

Découvrir que Jérémy Morel est en fait un ailier gauche très correct !
La présence de N’koulou, rassurant et efficace en défenseur central.
L’entrée de Fanni. Il n’a été mauvais que 10 minutes !
Être rentrés de Grèce sains et saufs.

On n’a pas aimé :

Voir l’OM arrêter de jouer après le premier but. Qu’on soit mauvais passe encore, mais qu’on gagne sans jouer, je ne comprends même plus.
Le manque de leaders, comme d’habitude.
Les sprints de Lucho, dont la pointe de vitesse est proprement consternante.
Le manque d’impact de Diarra, sa bêtise tactiquement, son indigence technique.

On tient à dire :

Bravo les gars, plus que 9 points et à nous les 8èmes !

Allez zou, chérie, au lit !

 
Article lu 739 fois, écrit le par bibpanda dans Compte-rendu | Commentaires fermés sur Olympiakos 0-1 Marseille : Le Pirée évité

LDC : Olympiakos 0-1 OM : Les notes

L’OM est leader de sa poule de LDC, devant les grand Arsenal et Dortmund. Merci Lucho. On est heureux de gagner enfin, malgré une composition de départ pour le moins déconcertante, avec Morel en ailier, et Traoré titulaire en LDC pour son premier match depuis… longtemps.Le joueur Champions League : Cheyrou.
Autant il n’était pas irréprochable sur le début de saison de l’OM, autant là, il a été d’un niveau LDC : récupération, distribution, frappes. Non, pas les frappes. C’est la seule chose qu’on peut lui reprocher sur ce match, d’avoir manqué le cadre. Une tête, deux frappes à moins de 10 cm de la barre, et des coups-francs et corners avec des combinaisons qui permettent à Diawara de rater l’ouverture du score deux fois.

Celui qui partira à Fulham cet hiver : Fanni.
Bien que remplaçant, Fanni a réussi à nous refaire toute la panoplie de ses meilleurs gestes qu’il nous avait montré contre Lille. Après son rouge, la seule consolation après avoir fini à 10, c’est qu’on est sûr de pas le revoir en LDC pendant au moins 1 ou 2 matchs.

Le mec qui nous a reposé les oreilles : Christian Jean Pierre.
Envoyé en mission en Nouvelle-Zélande pour commenter le rugby, son absence fut une bénédiction pour nos oreilles. Pas de « AH » de béatitude devant une passe en retrait à 2 mètres, pas de remarque sur Saméto ou Titi Henry qui aurait été formidable ce Week-End, et pas de « HéHéHé! » à chaque phrase de Liza. Pour une fois, merci TF1.

  • MANDANDA
    Match magnifique de Steeve, pas un seul but encaissé!!!! Il faut dire que les Grecs n’ont pas été aussi dangereux que les 5 équipes de L1 rencontrées en championnat jusque là. Pour ne pas être trop méchant avec lui, on dira qu’il a réussi à attraper deux ballons tirés sur lui. On est tellement content de gagner enfin, qu’on ne parlera pas de ses dégagements aléatoires.
  • AZPILICUETA
    Appliqué et sérieux, il a toujours bien défendu, avec quelques beaux tacles. A vite compris que ses touches longues seraient inutiles avec le seul Remy devant, et a donc varié intelligemment ses remises en jeu.
  • DIAWARA
    Comme on a gagné et qu’on a pas pris de but, il n’a pas une mauvaise note. Heureusement pour lui qu’il y a quand même N’Koulou à coté de lui. Il rate quelques passes, et se fait avoir par l’attaquant grec qui ne cadre pas (heureusement pour Steeve). Et comme dit auparavant, il rate le cadre deux fois sur corner.
  • N’KOULOU
    Très bon, a bien défendu. Je ne trouve pas grand chose d’autre à dire, c’était sa mission sur ce match, il l’a fait proprement (n’est-ce pas Fanni…) et efficacement (n’es-ce pas Diawara…). S’il reste à ce niveau, et qu’un M’Bia revient à bon niveau, on aura une défense centrale quasi impassable.
  • TRAORE
    Ce joueur est bien noté parce qu’en le voyant titulaire, tout le monde à pensé qu’il ferait au moins une boulette ou alors qu’il se ferait prendre de vitesse à chaque fois par son opposant. Ce n’est pas un foudre de guerre (loin de là), et face à Arsenal et Dortmund, ce sera une autre histoire. Mais n’anticipons pas. Il a bien défendu, et monté une ou deux fois, et n’a pas fait d’erreur.
  • DIARRA
    Quoi penser de ce joueur ? Il arrive à récupérer de bons ballons, mais il en perd aussi beaucoup stupidement.
  • LUCHO
    Lorsqu’il marque, c’est souvent en étant bien placé. Encore une fois, il est au bon endroit au bon moment. Ajouté à ça de bonnes combinaisons avec ses coéquipiers. Seul défaut, toujours le même, il est lent. Heureusement, lorsqu’il perd le ballon, l’arbitre siffle souvent faute pour lui.
  • MOREL
    Titulaire surprise sur l’aile gauche, il a été plus utile qu’à son poste habituel. On l’a vu défendre un peu, mais surtout déborder, centrer, et faire une passe décisive. Come on a gagné, on oubliera sa frappe raté.
  • REMY
    Tout seul en pointe, avec le soutien des « magnifiques ailiers de formation » Morel et Amalfitano, il a sourtout pressé. Et bien sûr, comme tout attaquant marseillais qui se respect, il a manqué de chance en frappant le poteau.
  • AMALFITANO
    Il a bien combiné avec Lucho et Azpilicueta, a un peu tenté, mais n’a apporté autant qu’un ailier pur. Il a peu marqué le match mais a été efficace sur ce qu’il a fait.
  • REMPLAÇANTS
    Kaboré a remplacé Lucho, il a bien défendu sur une action, cet c’est la seule fois où on l’a vu. Jordan a fait ce qu’il a l’habitude de faire depuis le début de la saison, un pressing en trottinant, une bonne accélération, et un tacle de merde lui valant un carton amplement mérité. Heureusement pour lui, Fanni a fait pire, sinon il aurait été épinglé au tableau du cancre du match.
  • COACHING
    Lorsque Kaboré puis Fanni sont rentrés, tout le monde a su que l’OM allait avoir des problèmes. Heureusement ça n’a pas été un but, mais « seulement » un carton rouge, sans conséquence pour la suite.
  • ADVERSAIRE
    UNe équipe qui n’avait pas encore de match de championnat au compteur, n’a pas montré grand chose, n’a presque pas frappé malgré Steeve « un tir un but » face à eux.
  • ARBITRAGE
    Rien à dire, les cartons sont mérités. Et grâce à lui, on devrait être débarrassé de Fanni pour quelques matchs.

En conclusion:
LA victoire. Celle qui lancera on espère la saison. En espérant qu’on se mette à cadrer un peu plus, et à ne plus lâcher en fin de match.

 
Article lu 899 fois, écrit le par bibpanda dans Les notes | Commentaires fermés sur LDC : Olympiakos 0-1 OM : Les notes

CR OM 0-1 Rennes : Costil t’es pas gentil.

Imprimer
Recommander la news
En discuter sur le forum
Avant-match : Match sur Orange donc commentaires arabes à la clé, seul truc exotique d’un match maintes fois vu au Velodrome. Si Costil fait le même match que ce soir chaque week-end, Lloris a du souci à se faire, mais c’est bien là anecdotique au regard de la nouvelle piètre prestation olympienne.

Les équipes :

OM : Steve Frappes mi-hauteur, l’Espagnol affamé, Tic et Tac, Jeremy les bons tuyaux, la grande tige, Bruno Cheyrou, le tatoué timide, Ayew Fake, Remyyoko, Sammaritano du pauvre.

Rennes : En moyenne 90 kg de muscles à chaque poste, Pitroipa et ses douze kilos niquant quand même la moyenne.

Conditions de jeu : je ne vois pas de quoi vous parlez.

Le résumé :

Le match débute sous un faux rythme, enfin à notre rythme habituel quoi. Pourtant, on voit rapidement une belle action olympienne, il faut un début de show Costil pour empêcher Rémy d’ouvrir la marque.
Comme une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule, Valbuena se blesse sur l’action, alors qu’au regard des excellentes audiences de Fort Boyard et du début de saison tonitruant de Sammaritano, tous les voyants était au vert pour lui. Il sera remplacé par Amalfitano, qui finira le match en pleurs criant à qui veut l’entendre que Kevin lui manque terriblement.

Au cours de cette première période on sera un peu dangereux sur coups-de-pied arrêtés et c’est tout.

Dès l’entame de la deuxième mi-temps Deschamps décide de lancer Gignac à la place de Jordan Ayew qui a eu du mal sur le côté gauche. Mais bon Deschamps aurait pu faire entrer n’importe qui Costil était intouchable ce soir, devant Rémy sur une frappe, Diarra de la tête, Gignac par deux fois…bref ce n’était pas Planté mais il a assuré le bougre.

A vingt minutes du terme, on a pu voir que Mandanda peut effectuer des arrêts décisifs (sûrement le syndrome de l’imitation en voyant Costil en face) sur une frappe de Pitroipa, on se dit alors qu’on va se diriger vers un piteux match nul à domicile.

Mais que nenni ! Dans un élan gentillesse envers son ancien club, Fanni décide de relancer de la tête plein axe vers Kembo, qui après un clin d’œil complice vers Rod, déclenche une frappe à mi-hauteur.
Si tu n’as pas vu le match, en lisant ça tu dois sûrement te dire « ne me dis pas que Steve s’est encore pris sa spéciale, à savoir une frappe avec rebonds où il semble se coucher aussi vite que ma grand-mère, sympathique mais ayant des rhumatismes ? », je suis désolé de t’apprendre que ce fut encore le cas ce soir.

C’est donc sur une défaite il est vrai dure à encaisser (d’autant plus que Rennes ne s’est procuré que très très peu d’occasions) que le match se termine.

On a aimé :

Voir l’OM se procurer des occasions, ça signifie peut-être pas grand chose pour vous mais pour nous c’est déjà beaucoup.
La volonté d’Azpi, un des rares qui semble ne pas se chier dessus à domicile. D’ailleurs Pitroipa a changé de côté après avoir été dégoûté par l’Espagnol.
L’entrée de Gignac, sûrement le joueur le plus en vue dans le domaine offensif, même si sa manie de frapper de n’importe où peut rendre dingue parfois.

On n’a pas aimé :

Voir des joueurs se faire caca dessus quand ils jouent au Velodrome. Bon à l’extérieur c’est pareil aussi mais c’est pour garder une certaine régularité.
Le manque de leaders, à chaque fois que je vois Mandanda le gros panda avec le brassard au bras ça me fait aussi mal qu’un tacle par derrière de Gaby Heinze (petit message perso : tu me manques je te kiffe, bisous).
Ce début de championnat ou comment assister à une putain de spirale négative.

On tient à dire :

Le seul moyen de revenir dans le coup, c’est d’avoir une union sacrée derrière le grand Didier Deschamps, qui aura le soutien indéfectible des supporters possédant plus de deux neurones. Même si Deschamps fait des erreurs, il est et restera toujours l’homme de la situation, tenez-vous le pour dit.
Ce n’est pas parce que tu détestes Labrune que tu dois marabouter l’OM, Pape…

Allez l’OM, quoiqu’il arrive.

Article lu 754 fois, écrit le par bibpanda dans Compte-rendu | Commentaires fermés sur CR OM 0-1 Rennes : Costil t’es pas gentil.

OM 0 – 1 Rennes: les notes que quand ça veut pas…

Une crise à Marseille, c’est comme une bonne vieille MST chopée au fin fond de Bangkok: on croit s’en débarrasser et bim! ça revient sans crier gare.
Qu’est-ce qu’on fait alors? On met zéro à tout le monde? Non quand même pas. Mine de rien, l’OM a fait un bon match.

Le vengeur masqué du match: Slim Fast Gignac
Très bonne entrée de celui a qui l’air de Merano et Londres a fait beaucoup de bien. Certes des frappes désespérées spéciales « André-Pierre » mais c’est bien lui qui se procure les meilleures occasions sur corner, en retrait et même de la tête. Non seulement le gardien a tout sorti mais quand il n’a pas pu, c’est M’Vila qui l’a fait.

Le Jesus Christ de la soirée: Costil
Putain de lui! Il beau avoir été nul dans les balles aériennes, qu’est-ce qu’il a fait comme arrêts réflexes! Selon les témoignages, il aurait également multiplier les petits pains dans le vestiaire et guéri un pestiféré.

Le mec qui monte mine de rien: M’Vila
Au centre de tout, il a gratté beaucoup de ballons et distribué proprement avec très peu de pertes. Il dégage en outre une certaine assurance et une bonne maturité dans le jeu.

  • MANDANDA
    Tranxen-Steve devait se rattraper du match de Lille et il l’a fait. Deux très belles parades: d’abord en face-à-face avec Boukari et ensuite sur un boulet de Pitroipa. Ne peut rien sur le but rennais tant le tir de Kembo est bien placé.
    Allez kung-fu panda, encore 40 matches consécutifs comme ça et tu récupèreras ta place en équipe de France!
  • AZPILICUETA
    Appliqué et sérieux, il a tenu le choc défensivement face à Boukari et Pitroipa. Rarement pris de vitesse et un bon coup d’épaule de temps-en-temps pour verrouiller le couloir.
    Mention spéciale également pour son envolée dans la surface pour obtenir un pénalty. Les nostalgiques de Ravanelli auront apprécié le geste à sa juste valeur.
  • DIAWARA
    C’est triste de voir un roc s’effriter de la sorte. Il fait encore impression parfois dans les duels, notamment aérien. Mais entre les tacles à retardement et les dribbles subis, on est toujours autant inquiet pour lui.
    Le nouveau club de Niang ne chercherait pas un défenseur central?
  • FANNI
    Des facilités de par sa vitesse et sa présence athlétique. Mais il forme avec Diawara la charnière la plus tactiquement aléatoire depuis Cyprien-Dumas. A son discrédit, une mauvaise relance de la tête plein axe sur le but rennais.
  • MOREL
    Recadré depuis quelques temps par Deschamps, Morel a compris qu’il fallait d’abord bien défendre avant de penser attaquer. Il l’a fait et s’est permis quelques montées. Un match honnête.
  • DIARRA
    Sans génie ni désastre, il a fait ce pourquoi il a été recruté: gagner des duels au milieu. Evidemment, il a été totalement inutile dans la construction sauf par une percée qui aurait pu faire mouche si Rémy avait mieux repris sa passe en retrait.
  • LUCHO
    Bonne entame de match avec de l’activité et une volonté de participer à la construction du jeu. A baissé de pied ensuite à cause sans doute d’Air France qui n’est pas foutu de rallier Paris du Bangladesh en moins de deux heures.
  • CHEYROU
    Quand ça joue brouillon et que c’est la foire au déchet, on attend de lui qu’il soigne les transmissions. Raté. Souvent dépassé au milieu, il a essayé toutefois de porter le danger par de bons coups de pied arrêtés et un missile lointain détourné par Costil.
  • J. AYEW
    Festival de dribbles et de prises de balle ratés, incapable de passer une seule fois son adversaire. Un match à oublier pour Jordan qui devait suppléer son frangin côté gauche. Remplacé à l’heure de jeu par Revenger Gignac qui a secoué l’attaque marseillaise avec au moins trois bonnes occasions.
  • REMY
    Serré de près par la charnière Mangane- Kana Bis, il n’a su s’extirper du marquage que pour être hors-jeu. Quand il ne l’a pas été, il a pu se présenter devant le gardien sans pouvoir armer correctement sa frappe.
  • AMALFITANO
    Valbuena sorti sur blessure après 20 minutes de jeu, Amalfitano a profité de l’occasion pour montrer de belles dispositions. On retiendra sa capacité à garder le ballon, à éliminer et accélérer. On demande à voir plus, notamment dans une position plus axiale. pour apporter plus de tranchant que sur l’aile.
  • REMPLAÇANTS
    Bon apport des remplaçants. Kaboré a fait preuve de volonté et de dynamisme et donné deux excellents centres à Gignac dans la surface. Ce même Gignac avec Amalfitano ont tenté de secouer le cocotier. D’ailleurs la seconde mi-temps a été de bien meilleure facture que la première avec un grand nombre d’occasions.
    Malgré ça, et même si le cocotier a bien été secoué, c’est bien l’OM qui s’est retrouvé avec une noix de coco dans le rectum. Pas de bol.
  • COACHING
    Deux joueurs sortis prématurément sur blessure: un qui a joué avec l’équipe de France sur un terrain hyper lourd et le second qui a voyagé jusqu’à l’autre bout du monde.
    Un hasard? Mouais…
  • ADVERSAIRE
    Demi-hold up pour les Rennais. Solides physiquement, ils ont fait jeu égal en première mi-temps mais ont concédé énormément d’occasions ensuite avec un Costil touché par la grâce divine. Bonne occupation des ailes également avec Danzé et Théophile-Catherine fermant les couloirs. Au milieu, l’activité du duo Pajot – M’Vila a été particulièrement bénéfique pour empêcher le jeu marseillais de se développer.
  • ARBITRAGE
    Arbitrage correct avec des duels acharnés et quelques tacles dangereux (Diawara, Magane) qui auraient pu valoir le rouge.

En conclusion:
Un contenu pas dégueu mais toujours pas de points à l’horizon face à une équipe rennaise qui a pourtant l’habitude de perdre chez nous.
Manque de chance ou prémices d’une saison galère? A vous de voir.

 
Article lu 773 fois, écrit le par bibpanda dans Les notes | Commentaires fermés sur OM 0 – 1 Rennes: les notes que quand ça veut pas…

Juste pour essayer, empochons les trois points au Velodrome…

La victoire ou la crise !

Ca y est, l’opération maintien est déjà lancée ! Bon, on exagère un peu, mais il faut bien avouer que le début de saison de l’OM inquiète. Fébriles défensivement, pratiquant un jeu offensif assez stéréotypé, les joueurs de Didier Deschamps ont intérêt à se ressaisir, et vite. En ne cumulant que trois points en 4 matchs, l’OM se retrouve dans les profondeurs du classement… Il est temps que cela cesse, et que les marseillais retrouvent leur rang.

L’adversaire de ce weekend, n’est autre que le terrible Stade Rennais, et pour une fois, ce qualificatif est utilisé sans ironie aucune. Depuis le début de la saison, les bretons proposent un jeu alléchant, mené par un Frédéric Antonetti qui parvient à tirer le meilleur de son équipe. Devant un collectif aussi huilé, un M’Villa à son meilleur niveau et un Pitroipa qui affole toutes les défenses de L1, on se demande bien comment les olympiens arriveront à tenir le choc et décrocher leur premier succès de la saison. On ne sait pas comment ils le feront, mais il le faut… Pour se rassurer, on peut se rappeler de la taulée que se sont pris les rennais lors de la 3ème journée à Montpellier. Si les Héraultais ont pu les écraser 4-0, on peut bien gagner, ne serait-ce que par la plus petite des marges.

Alors, qu’importe la manière, qu’importe le score, qu’importent les commentaires de ceux qui nous ont déjà enterré, il faut trois points. Trois points pour se rassurer et pour éviter que la crise ne soit autre chose qu’une blague de mauvais goût.

Les ressemblances improbables: « si PSG refuse de libérrrer Errrding, nous buterrrons Qatarris jusque dans les chiottes! »

Les ressemblances improbables 2: Le racisme anti-Corse, ça suffit!

Morel à l’OM et Erding à Paris au dernier moment: eh oui Le Lay, c’est bien toi le cocu!

Valbuena, il n’y a vraiment que sur le gazon qu’il est heureux.

You souis perdu !

Cher doctore, parfois, yé n’arrive pas à finir comme il faut, yé oublie dè rester concentré, ou yé tourne la testa au mauvais momento, voir yé n’arrive pas du tout à participer et yé reste spectateur en laissant lé partenaire tout faire tout seul. yé m’ennuie, mé sens mal dans ma peau, comme si yé suis prisonnier, à genou les pieds et poings liés. Aidez-moi. Signé : L.G..

Cher Samsung, il arrive, à un moment dans la vie de tout garçon, d’être parcouru de doute, de ne plus savoir ce que l’on veut, ni ce que l’on souhaite. On a envie d’exotiques, d’italiennes, de rousses, voir de fougueuses espagnoles, tout en clamant haut et fort qu’on veut rester avec celle du moment. Arrivent alors les symptômes que tu me décris. Il ne faut alors pas avoir peur, mon petit Toshiba, il faut d’abord en discuter avec celle à laquelle tu t’es liée : pouvez-vous trouver un terrain d’entente pour plus de liberté, ou plus de folie lors des jeux ? Elle peut aussi accepter que tu ailles voir ailleurs pendant un moment si l’herbe est plus verte. Peut-être a-t-elle envie de son coté de t’associer avec ce grand bellâtre gominé ou ce bel étalon africain qui la fait rêver en secret ? Dans une relation, ce qui est important mon brave Phillips, c’est de toujours rester à l’écoute, savoir que qu’attend autrui de ta part, et lui dire clairement ce que toi tu veux. Si vous voyez ensemble que vos désirs, attentes, sont incompatibles, alors il ne faut rester ensemble, sinon tout le monde sera malheureux et ces moments de détente tant attendu ne seront plus que des moments de stress, angoissants et déprimants. Tous ces problèmes que tu m’as énoncé sont des problèmes qui se passent dans ta tête, et en parler, c’est déjà les règler en partie. J’espère avoir répondu à tes questions, mon cher Thompson, et te souhaite d’avoir un dialogue constructif avec ton voir tes futurs partenaires, en sachant que la clé de la réussite, c’est de ne pas resté uniquement concentré par ce que l’on a entre les jambes, mais de penser à regarder ce que font les partenaires, afin de savoir où ils en sont pour être sûr de les faire s’envoler au but au bon moment.

Jonathan Pitroipa, tout nouveau, tout bon.

S’ils ont mis 4 matchs avant de prononcer correctement son nom, il en a fallu bien moins aux spectateurs de la Ligue1 pour reconnaître unanimement le talent de Jonathan Pitroipa. Débarqué de Hambourg cet été, le partenaire de Charles Kaboré en sélection burkinabaise n’a pas tardé à faire étalage de son talent. Double buteur pour son premier match sous les couleurs rennaises, il est déjà l’auteur de 4 buts en 8 matchs toutes compétitions confondues ; il en avait inscrit 6 en 3 saisons allemandes ?

Rennes aurait-elle alors fait la bonne affaire de ce mercato en recrutant un talent quasi inconnu en France pour seulement 4 millions d’euros ? L’avenir nous le dira. Pour l’instant l’ailier longiligne de 25 ans régale le public breton par sa vitesse d’exécution et ses dribbles déroutants. Dans un championnat où les dribbleurs ne sont pas légions et où son physique de gringalet détonne, Jonathan Pitroipa apporte une certaine bouffée d’air frais. Parce que le football est avant tout un jeu et un spectacle.

Mais après avoir surpris tout son monde durant les premières échéances de la saison, on peut légitimement se demander si le rendement du joueur ne va pas diminuer au fil des semaines, maintenant que les défenseurs savent à quoi s’attendre lorsque le ballon lui arrive dans les pieds. Pour ne pas rester qu’un tube de l’été, à l’image de son club, Pitroipa doit désormais franchir le palier le plus important : celui de la régularité. Espérons qu’il attende une ou deux semaines de plus.

deux défenses en bois, des attaques jouant 45 minutes chacune …..deux gardiens qui peuvent être bons….4-4@Thejoquer

La logique est imparable :
on va jouer contre le 16eme …5-1 a l’exterieur comme a dijon @Sylvain

Quelque part, un designer d’Adidas est allé se coucher avec le sentiment du devoir accompli :
Ca me tuerait de voir Gyan sous le maillot orange bleu rose vert et rouge de l’OM…@Thomej

Et celui qui marquera le plus de but ne perdra pas ?
Celui qui va le mieux défendre gagnera je pense.@Valentin35

Rien que pour vos yeux :
Allez mes amis rennais je suis avc vous fo batre l OM chez eux la victoire ora meyeur gout,allez Rennes dla part du messin!

Gaby87 : « Attention Pitroipa c’est pas Messi non plus. 1 excellent match, 2 moyens-bons et 1 mauvais. »
Jester : »plutôt, 1 pas, 2 pas, Pitroipa, et paf »

On va tous mourriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiir :
Ayew out ,remy sur une jambe,Gignac jamais pret,lucho encore en asie?,Diarra au fond du trou + tous les autres petits pepins@drogback

Casino Royal :
La chance de Gignac?@Gastibelza

Venez réagir sur le forum

Article lu 932 fois, écrit le par bibpanda dans Avant-match | Commentaires fermés sur Juste pour essayer, empochons les trois points au Velodrome…